Escalade à Al-Qods : Le Conseil de sécurité de l’ONU condamné au silence par les Etats-Unis

Le Conseil de sécurité de l’ONU s’est réuni hier lundi 11 mai en urgence sur les violences à Jérusalem, mais sans s’entendre sur une déclaration commune.

Ce sont les Etats-Unis qui ont refusé l’adoption d’une déclaration estimant qu’un « message public n’était pas opportun à ce stade », selon des diplomates.

A l’issue de nouvelles consultations dans l’après-midi sur la possibilité de publier un texte commun appelant à une désescalade, plusieurs diplomates ont indiqué à l’agence l’AFP qu’il ne devrait pas y en avoir lundi.

Dans la matinée, les Etats-Unis avaient expliqué à leurs 14 partenaires du Conseil, lors d’une visioconférence qui s’est tenue à huis clos, « travailler en coulisses » pour apaiser la situation et « n’être pas sûrs qu’à ce stade une déclaration aiderait ».

La Tunisie, membre arabe du Conseil de sécurité avait demandé une réunion du Conseil de sécurité et ce en coordination avec la partie palestinienne et l’appui de la Chine, actuel président du Conseil, la Norvège, l’Irlande, le Vietnam, Saint-vincent-et-les grenadines et le Niger.

Le but étant de discuter de la grave escalade qui résulte de l’agression des autorités israéliennes contre les territoires palestiniens occupés, en particulier à Al-Qods et de l’invasion de l’esplanade de la Mosquée Al-Aqsa, lit-on dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, de la Migration et des Tunisiens à l’étranger rendu public samedi soir.

Commentaires:

Commentez...