UE – Sud de la Méditerranée : Un nouvel agenda et un plan d’investissement de 7 milliards d’euros

Pour relancer et renforcer le partenariat stratégique entre l’Union européenne et ses partenaires du voisinage méridional, la Commission européenne et le haut représentant ont adopté, ce mardi 9 février 2021, un nouvel agenda pour la Méditerranée.

Ce nouvel agenda comprend un plan d’investissement économique visant à stimuler la reprise socio-économique à long terme dans les pays du voisinage méridional.

Dans le cadre du nouvel instrument de voisinage, de coopération au développement et de coopération internationale de l’UE, jusqu’à 7 milliards d’euros pour la période 2021-2027 seraient alloués à sa mise en œuvre, qui pourrait mobiliser jusqu’à 30 milliards d’euros en investissement privé et public dans les pays du voisinage méridional au cours de la prochaine décennie.

Selon Josep Borrell, haut représentant et vice-président, « cette communication envoie un message crucial sur l’importance que nous accordons à notre voisinage méridional. Un partenariat méditerranéen renforcé reste un impératif stratégique pour l’Union européenne. 25 ans après la déclaration de Barcelone et 10 ans après le printemps arabe, les défis en Méditerranée – dont beaucoup résultent de tendances mondiales – restent considérables.

Pour relever ces défis, nous devons renouveler nos efforts mutuels et agir en étroite collaboration en tant que partenaires, dans l’intérêt de tous. C’est l’objet de ce nouvel agenda. Nous sommes déterminés à collaborer avec nos partenaires du sud dans le cadre d’un nouvel Agenda qui mettra l’accent sur les personnes, en particulier les femmes et les jeunes, et les aidera à réaliser leurs espoirs pour l’avenir, à exercer leurs droits et à bâtir un voisinage méridional pacifique, sûr, plus démocratique, plus vert, prospère et inclusif ».

De son côté, le commissaire au voisinage et à l’élargissement, Olivér Várhelyi, a mis l’accent sur « un partenariat renouvelé basé sur des intérêts et des défis communs » avec un certain nombre de secteurs prioritaires qui ont été identifiés :

  • Développement humain, bonne gouvernance et État de droit : renouveler l’engagement commun en faveur de la démocratie, de l’État de droit, des droits humains et de la gouvernance responsable ;
  • Résilience, prospérité et transition numérique : soutenir des économies résilientes, inclusives, durables et connectées qui créent des possibilités pour tous, notamment pour les femmes et les jeunes ;
  • Paix et sécurité : l’UE en tant qu’acteur de la paix et de résolution des conflits apportera un soutien aux pays pour relever les nouveaux défis en matière de sécurité ;
  • Migration et mobilité: l’UE et les pays du voisinage méridional feront face ensemble aux problèmes des déplacements forcés et de migration irrégulière et faciliteront des voies d’entrée légales sûres pour la migration et la mobilité ;
  • Transition écologique: résilience climatique, énergie et environnement: tirer parti du potentiel d’un avenir à faible intensité de carbone, protéger les ressources naturelles de la région et générer une croissance verte.

Commentaires:

Commentez...