Violence contre la femme : Un comité national pour suivre l’application de la loi 58

Promulguée depuis trois ans, cette loi promettait une renouveau au cadre législatif protégeant la femme tunisienne. Cependant, après trois ans, l’image est toujours la même et la violence contre la femme bat son plein.

Ce lundi 8 février, la ministre de la femme de la famille et des séniors Imen Zahouani Houimel a annoncé lundi la création d’un comité national pour le suivi de la loi 58 pour l’année 2017 portant sur la lutte contre la violence à l’égard des femmes.

Ce comité compte des représentants des structures gouvernementales et des organisations nationale ainsi que des représentants de la société civile, indique un communiqué du ministère.

Lors d’une séance de travail, Houimel a précisé qu’après plus de trois ans de la publication de cette loi, le taux de la violence demeure toujours élevé, selon des statistiques, rapporte l’agence TAP.

Une telle situation a nécessité une évaluation de l’impact de cette loi sur la société, a-t-elle noté.

La création de ce comité de suivi a était dictée par l’apparition de « nouvelles formes de violence à l’égard des femme dont la violence politique, la violence économique, pratiquée désormais non seulement dans des espaces traditionnels fermés mais aussi dans des espaces publics, a-t-elle estimé.

Houimel a appelé à cette occasion à lancer des campagnes de sensibilisation et à réexaminer les textes juridiques afin d’enraciner davantage l’égalité totale entre les deux sexes. Il a été également convenu lors de la réunion l’élaboration notamment d’une stratégie de travail du comité et d’un calendrier pour la réalisation de ses activités.

Commentaires:

Commentez...