Affaire Rached – Akremi : Enquête ouverte et levée d’immunité pour Taieb Rached

Le conseil de la justice judicaire, relevant du Conseil Supérieur de la Magistrature, a décidé, hier mardi 24 novembre de retirer l’immunité judiciaire du magistrat Taieb Rached, dans un des trois dossiers soulevés à son encontre dans le cadre de l’affaire d’échange d’accusations avec l’ancien premier président du tribunal de première instance de Tunis Bechir Akermi.

Ce même conseil a annoncé avoir décidé de charger le parquet du tribunal de première instance de Tunis d’enquêter sur les fuites de suspicion de crimes en rapport avec les affaires des assassinats des martyrs Chokri Belaid et Mohamed Brahmi, ainsi que sur des présomptions de crime en rapport avec des affaires de terrorisme et de malversations financières.

Ces décisions interviennent dans le cadre des plaintes contre les deux hauts magistrats, le premier président de la cour de cassation et l’ex procureur du tribunal de première instance de Tunis, respectivement Taieb Rached et Bechir Akremi.

Plusieurs médias et pages sur les réseaux sociaux ont relayé des informations selon lesquelles le premier président de la cour de cassation ferait l’objet d’investigations pénales.

Selon ces informations, l’ancien premier président du tribunal de première instance de Tunis, accuse le président de la cour de cassation, dans une plainte adressée à la justice, de dissimuler des preuves importantes dans le dossier d’assassinat des deux leaders politiques Chokri Belaid et Mohamed Brahmi.

Brahim Bouderbala, bâtonnier des avocats, a d’ailleurs appelé, ce lundi 23 novembre à l’ouverture d’une enquête approfondie contre ces deux juges s’échangeant des accusations de corruption.

L’un est accusé de recevoir des pots-de-vin et l’autre de dissimuler des informations liées à des affaires d’assassinats politiques.

Pour sa part, le parti Attayar avait appelé le Conseil supérieur de la magistrature, le parquet et l’inspection générale du ministère de la Justice à ouvrir une enquête sérieuse sur cette affaire.

Commentaires:

Commentez...