Tunisie : Partie à la fleur de l’âge, Maryem, nouvelle victime des bouches d’égout !


En l’espace de quelques semaines, il s’agit d’une deuxième victime des bouches d’égouts mal entretenues en Tunisie. Après Farah, décédée le six octobre dernier, aujourd’hui, c’est au tour de Maryem Dhahbi de perdre la vie dans les mêmes circonstances à cause de l’insouciance des responsables tunisiens !

Maryem Dhahbi ne faisait que rentrer de son lieu de travail, lorsque brusquement elle s’est trouvée au fond d’un égout découvert caché par les eaux diluviennes à la zone industrielle de Ennfidha à Sousse.

Agée d’une vingtaine d’années elle est décédée à la suite de cette chute fatale dans une bouche d’égout à Enfidha. Selon le directeur régional de la Protection civile de Sousse, le colonel Jalloul Jaballah, Elle est décédée d’un arrêt cardiaque avant son arrivée à l’hôpital.

Pour sa part, le porte-parole du tribunal de première Instance de Sousse II, a confirmé l’ouverture d’une enquête pour revenir sur les circonstances de cet accident.

Maryem a malheureusement trouvé le même sort de Farah, la fillette de 14 ans, décédée le six octobre dernier alors qu’elle était tombée dans une bouche d’égout ouverte à Bhar Lazreg, son corps avait été retrouvé à deux km de l’endroit où l’enfant était tombé.

Sur fond de ce décès tragique, le PDG de l’ONAS avait expliqué que l’ONAS n’est pas en mesures de contrôler quotidiennement plus de 500 mille bouches d’égout sur tout le territoire tunisien.

« A la Marsa seulement, il existe 13 mille bouches d’égout, alors que l’ONAS dispose seulement de 20 employés chargé de contrôler ces équipements », avait-il ajouté.

Commentaires:

Commentez...