« Joker » : Standing ovation !

Joaquin Phoenix est magistral

« C’est l’un des films de l’année »… d’après les tabloïds. L’ennemi juré de Batman revient au cinéma sous les traits de Joaquin Phoenix, onze ans après la superbe performance de feu Heath Ledger (The Dark Knight, 2008) et trente ans après celle de l’inoubliable Jack Nicholson (Batman, 1989).

Force est de reconnaître que la bande annonce est alléchante, autant que peut l’être un joli papier cadeau qui envelopperait une pompe à vélo. L’air dubitatif, nous nous rendons, tout de même, au cinéma, un panier de pop corn sous les bras. Le film démarre et nous voilà transporté dans les tréfonds de nos propres angoisses sur la vie, la mort et le regard des autres.

À travers le personnage d’Arthur Fleck, humoriste raté souffrant d’une pathologie cérébrale caractérisée par des fous rires incontrôlés, le réalisateur, Todd Phillips, nous offre une critique tranchante de cette société moderne qui rejette, corps et âme, tous ceux qui n’obéissent pas aux dures lois d’un capitalisme anthropophage.

C’est dans cette atmosphère de chaos qu’un tueur psychotique, répondant au nom du Joker, se révèle au grand jour, tel un nouvel espoir pour les désœuvrés.

L’un des atouts de cette œuvre, qui se démarque complètement de tout ce qui a été fait auparavant sur le sujet, est le jeu d’acteur d’un Joaquin Phoenix éblouissant. On est à se demander qui d’autre que lui aurait pu tenir ce rôle ?

Difficile à dire, mais Phoenix a totalement éclipsé les performances de ses pairs, devenant, par la même occasion, l’un des meilleurs acteurs de sa génération, si ce n’est le meilleur…

Pour finir, je dirais que « Joker » constitue un tremplin dans l’histoire du cinéma. Ce n’est, d’ailleurs, pas par hasard que le site IMDB le considère, actuellement, comme le 10ème meilleur film de tous les temps.

M.H.L
Tunis-Hebdo du 21/10/2019

Commentaires:

Commentez...