Quand j’ai croisé Picasso au musée du Bardo !

J’avoue une véritable fascination pour les mosaïques antiques! Des centaines de fois, je reviens les admirer au musée du Bardo ou encore à Sousse et El Jem et je ne suis toujours pas rassasié.

C’est que vue sous un certain angle ou encore selon tel détail, ces mosaïques changent du tout au tout.

On peut les voir en tant qu’ensembles mais aussi comme des forêts de symboles qui fourmillent de détails surprenants.

Il en est ainsi de quelques mosaïques dans lesquelles je retrouve des réminiscences de Picasso et de l’art contemporain.

Ainsi, une seule mosaïque regorge de taureaux qui ont des formes singulières et des dimensions plastiques évidentes.

Personnellement, je ne me lasse pas de les admirer tout en méditant sur la dette que les artistes contemporains ont par rapport à ces anonymes de l’Antiquité qui savaient être si modernes.

Dans ce bestiaire taurin, je retrouve ainsi aussi bien des traces de Picasso que des balbutiements de modernité.

Il faut savoir regarder – que dis-je observer ! – ces œuvres avec nos yeux d’aujourd’hui car ces tesselles ne sont pas figées dans le temps et l’espace mais cèlent toujours le désir de leurs auteurs des siècles antérieurs.

Qu’ajouter sinon qu’il ne s’agit pas d’un hasard si j’ai croisé Picasso au Bardo ! A vous maintenant d’en juger…

Commentaires:

Commentez...