Il faut rendre aux retraités ce qui leur appartient !

Tribune | Par Mohamed Habib Salamouna, professeur de français

L’un des problèmes dont on parle le plus actuellement est celui du paiement des retraites, en particulier dans les années à venir. La manière d’aborder ce sujet, tant dans les médias que dans les discours des économistes et politiciens, n’aboutit qu’à dresser les jeunes contre les vieux, en faisant passer ces derniers pour des parasites.

En fait, doit-on considérer l’argent versé aux retraités comme improductif ? Il est bon à reconnaître que la majorité des retraités ne thésaurisent pas. Leur retraite subit au départ maints prélèvements ; ils sont ensuite assujettis aux impôts directs ou indirects comme les autres citoyens, et une bonne partie de ce qui leur a été versé retourne à l’Etat.

De même, l’industriel et le commerçant qui se plaignent des cotisations élevées qu’ils doivent payer pour les retraités les retrouvent en partie dans leurs chiffres d’affaires puisque plus de un cinquième de leur clientèle a plus de 60 ans.

Par ailleurs, s’il est vrai que l’Etat tunisien s’est réservé depuis longtemps le droit de prélever les cotisations vieillesse, les travailleurs, quant à eux, estiment qu’il s’agit bel et bien d’un vol légal, et pour cause !

L’Etat, prélevant ces cotisations, devrait les gérer « en bon père de famille » et les faire fructifier afin de pouvoir payer aux seniors des revenus décents. Or qu’à fait l’Etat avec ces cotisations ? Il a bouché des trous ! Il eût été plus juste et réaliste d’obliger les travailleurs à souscrire une sorte d’assurance-vie (ou de fin de travail) auprès d’un organisme non étatisé qui aurait géré efficacement et à bon escient ce capital de sorte qu’ils eussent bénéficié, en fin de parcours, d’une pension de retraite plus confortable.

Que cela soit bien clair : les cotisations retraite versées par les travailleurs n’appartiennent pas à l’Etat, mais sont leur propriété, et, en cas de décès prématuré, les ayants droits ne devraient pas être lésés. Il faut rendre à César ce qui est à César, et aux retraités ce qui leur appartient !

Commentaires: