La Tunisie, l’Algérie et le Maroc veulent inscrire le couscous au patrimoine mondial de l’Unesco

Un projet culinaire commun, entre trois pays maghrébins, verra bientôt le jour. Le directeur du Centre algérien de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH), Slimane Hachi, a déclaré que la Tunisie, l’Algérie et le Maroc veulent classer le couscous au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco.

S’exprimant à l’agence APS, il a fait savoir que des réunion se tiendront bientôt entre des experts issus des trois pays afin de mettre en place ce projet.

De son coté, Ouiza Gallèze, chercheuse au CNRPAH, a indiqué que ce plat appartient à plusieurs peuples et non à une seule nation. Elle a évoqué « l’ancestralité » du couscous et « sa transculturalité, ajoutant que ce plat remonterait à l’antiquité.

« Des ustensiles proches des outils de fabrication du couscous ont été retrouvés dans des tombes remontant au règne du roi Massinissa » (202-148 av. JC), Berbère qui unifia la Numidie, regroupant la partie Nord de l’Algérie actuelle et des parties de la Tunisie et de la Libye d’aujourd’hui. « En outre, des fouilles, dans la région de Tiaret (250 km au sud-ouest d’Alger) ont permis la découverte de tels ustensiles, datant du IXe siècle, notamment le couscoussier », a-t-elle expliqué à l’APS.

Un classement du couscous par l’Unesco serait « un moyen de raffermir les liens solides entre les peuples (du Maghreb), dans le sens où ils répondent aux mêmes traditions par les mêmes expressions culinaires ». a-t-elle souligné.

Commentaires:

Commentez...