Hassid, Attig, Barka, Bessaoudia : La mémoire de nos meilleurs arbitres

Que serait le foot sans ses arbitres qui eux aussi ont laissé des traces indélébiles dans la mémoire sportive?

Les plus anciens se souviennent encore de Joubert, un arbitre des années cinquante dont la petite taille ne l’empêchait pas d’être intransigeant et de courir aux quatre coins de la pelouse.

Ces générations d’hier gardent aussi le souvenir de Justin Hassid et Victor Habib, tous deux issus de la communauté juive tunisienne. Habib avait d’ailleurs eu l’honneur de siffler la première finale de la Coupe de Tunisie en 1956.

Parmi ces premiers arbitres, il convient de citer Ali Meddeb et Bechir Rahal ainsi que Abdelkader, un Bizertin au sifflet redoutable.

La génération à laquelle j’appartiens a bien connu Hédi Bessaoudia et Hédi Daoud qui ont compté parmi les ténors tout comme les Barka, Bellagha, Attig et autres Khemissi.

Mustapha Belkhouas et Bahri Ben Said étaient également des maîtres ès arbitrage avec lesquels il fallait compter. Toute cette génération de pionniers a posé le cadre dans lequel s’épanouira l’arbitrage tunisien.

Tous ont contribué à l’essor d’une discipline sportive et aussi marqué leur époque par leur talent, leurs coups de gueule et parfois leurs erreurs d’arbitrage.

Telle est la loi du sport et tel notre hommage aux hommes en noir sans lesquels le foot ne serait pas ce qu’il est!

Commentaires:

Commentez...