Une citoyenne française se déchaîne contre Tunisair

Tribune | Par J.K.

Nous avons reçu un courrier dans lequel madame J.K. fustige la compagnie Tunisiair

« Je suis française et je lis tous les jours les informations tunisienne, et notamment sur la compagnie Tunisair.

Mon mari est tunisien… malheureusement, il a été opéré le mois dernier, et je n’ai pu être auprès de lui. Tout ça à cause de la compagnie Tunisair, qui m’a fait croire qu’elle s’occupait de mon dossier (2224) et qui à ce jour n’a rien fait.

Le 6 mai, je me rends à Toulouse pour prendre mon vol vers Tunis… au bout de 2h d attente, on nous annonce un retard illimité… finalement, l’avion a décollé à 22h pour une arrivée à Tunis à 23h30. Donc, majoration des taxis de nuits, pas de restauration ouverte en arrivant à notre hôtel…

Dès mon retour en France le 11 mai, je contacte Tunisair et la responsable qui me répond très vite… et depuis, plus rien.

Alors, les vols sont chers, en retard, le personnel désagréable… et j’attends un quelconque dédommagement minime soit-il de Tunisair, afin de me rendre auprès de mon mari…

Faire paraître ce courrier pour que le PDG de Tunisair le lise afin qu’il sache que c’est grâce à nous si sa compagnie survie encore… mais jusqu’à quand…?

A l’aéroport de Toulouse, on m’a communiquée le nom de la responsable Mme A.M. qui m’a écrit en date du 15 mai, en me disant s’excuser pour le désagrément que j’ai subi suite a ce retard.

Le même jour, une adresse mail me communique que ma réclamation a été enregistrée sous le numéro 2224. Le 30 mai, et après les avoir harcelé de mails, on me répond que les délais de traitements sont de 45 jours. Et depuis, silence total…

Je n ai pu me rendre au chevet de mon mari pour son opération du 29 juin, car non seulement les billets Tunisair sont chers pour l’Aïd, et que le coût de l’opération était de 2300 DT.

Voila, vous connaissez toute l’histoire, et je voudrai bien le rejoindre, mais je dois assurer seule tous ces frais car mon mari ne travaille plus.

Une citoyenne française en colère.

Commentaires:

Commentez...