Mon cadeau de l’Aid ? La dissolution de tous les partis politiques !

Crédit photo : Thierry Bresillon

Trêve de la trêve des confiseurs ! Pour vos étrennes, je vous offre un cadeau éminemment politique, une « mahba » bien inattendue qui prendra la forme d’une dissolution (virtuelle) de tous les partis. Sans aucune exception…

On en compte aux dernières nouvelles 205 de ces partis qui, souvent, tiendraient sur un divan pas très large. Vous vous rendez compte du nombre! Et le plus incroyable, c’est qu’ils sont pratiquement tous inactifs voire totalement inexistants. De la poudre aux yeux démocratique et une pléthore trompeuse et cynique.

Je dis qu’il est temps de dissoudre tous ces partis et de passer à autre chose. Ce disant, je persiste dans une attitude civique et démocratique et je vais vous expliquer comment et pourquoi.

D’abord, je ne rêve pas d’une société sans partis. Ce serait illusoire même si le nombre de Tunisiens à n’adhérer à aucun parti est probablement de loin supérieur à celui des compatriotes encartés.

Ce que je dénonce – comme beaucoup de Tunisiens -, c’est le fait que ces partis ont été pour la plupart, créés dans une période de grande instabilité et sans aucune perspective ou dessein.

On se souvient de la foire d’empoigne qui avait suivi janvier 2011 et de la déferlante partisane qui a vu les autorités reconnaître des partis qui ne les reconnaissaient pas comme Hezb Ettahrir, des partis-croupions destinés à servir de puissants intérêts et aussi des partis sans substance qui se sont infiltrés dans les mailles du filet troué du ministère de l’Intérieur.

Lorsque je vous parle de dissoudre tous les partis, c’est en fait en vue de leur refondation selon une loi qui devrait être votée pour que cesse cette mascarade malsaine et cette course en avant destructrice.

Au bout de cette dissolution que j’appelle de mes voeux, ne seront reconnus que les partis ayant un référent tunisien et un minimum de légitimité et de solvabilité. Quant aux partis du dimanche et ceux manipulés par les objectifs d’une seule personne qu’ils disparaissent de notre vue et cessent de servir d’écrans de fumée démocratique.

Nous pourrions disserter à l’infini en ce qui concerne ce vœu que je sais aussi pieux que vain. On pourrait invoquer le référendum, la liberté et l’égalité! Mais je n’en démordrai pas et continuerai à affirmer que le premier nouveau pas à faire pour restaurer le prestige de l’Etat serait de modérer cette vague partisane qui est un énorme mensonge.

Car hormis une douzaine de partis, tout le reste est purement et simplement inexistant et mériterait une dissolution ne serait-ce que pour ce caractère fantomatique qui parfois, cache des desseins machiavéliques.

C’est mon souhait pour cet Aid. Il plaira aux uns et pas aux autres ou bien il laissera indifférent. Peu importe, l’essentiel étant ailleurs, dans la promotion d’une véritable culture citoyenne et pas dans les agiotages partisans.

Dès lors, trêve de baklawa et ne soyons plus les idiots utiles de ces faux partis… Bonne fête à toutes et à tous, les partisans en sursis, les partisans organiques, les indépendants, les boulimiques de pouvoir, les fous de Dieu, les fossoyeurs de la démocratie, les nomades partisans, les girouettes dans le vent, les exclus par leur nomenklatura, les fiancés élastiques et tous les autres qui se reconnaîtront !

Commentaires:

Commentez...