L’eau est bradée en Tunisie, selon le PDG de la SONEDE

L’approvisionnement en eau au cours de la saison estivale 2017, se déroulera dans de meilleures conditions que celles de l’été 2016, bien que des problèmes d’approvisionnement pourraient survenir dans des gouvernorats tels que Gafsa, Tataouine et Médenine, a indiqué Mosbah Helali, PDG de la SONEDE (société nationale d’exploitation et de distribution des eaux), dans une interview accordée à l’Agence TAP.

Il a estimé que « l’eau est bradée en Tunisie ». Faisant la comparaison avec le Maroc voisin, il a indiqué que pour une facture de 20 m3, par trimestre, le tunisien paie 12,9 dinars et le marocain 38,5 D.

En Tunisie, c’est le principe de solidarité qui régit la facturation de l’eau entre les catégories sociales et entre les régions, c’est ainsi que le Nord ou l’eau est facturée à près de 1,300 D, le m3, subventionne le sud où l’eau est facturée à près de 350 millimes, a t-il souligné.

Selon le PDG de la SONEDE, bien que la tarification de l’eau ait été augmentée en 2016, la société perd 100 millimes pour chaque m3 d’eau vendu (différence entre le coût de production et la moyenne de prix de vente) et souffre d’un déséquilibre financier depuis 2008, surtout que la tarification de l’eau a été gelée de 2005 à 2010, en raison de la hausse du coût de production, de l’énergie, des équipements et des matières premières. Elle a enregistré un déficit de 21 millions de dinars au cours de l’exercice 2016 et équilibre ses finances en recourant à l’endettement auprès des banques.

La SONEDE enregistre des impayés se montant à 300 millions de dinars (Décembre 2016) dont 180 millions de dinars de factures impayées des ménages.

Commentaires:

Commentez...