Né un 24 février : Le poète de la volonté de vivre

Aboulkacem Chebbi 2Né le 24 février 1909, Aboulkacem Chebbi aurait eu 107 ans. Notre poète national est un enfant du Djérid, né à Tozeur dans une famille de lettrés.

Auteur des « Chants de la vie » (Aghani al hayat), Chebbi fut un magicien du verbe et aussi un fin connaisseur de la Tunisie.

En sillonnant la Tunisie

Chebbi a en effet suivi les pas de son père dans plusieurs régions de Tunisie. Le père du poète était en effet un juge que ses fonctions mèneront un peu partout. Ainsi, dès son plus jeune âge, Aboulkacem verra du pays et se familiarisera avec la diversité tunisienne.

Dès sa première enfance, Chebbi a successivement vécu à Siliana, Gafsa puis Gabès. Quelques années plus tard, à partir de 1917, les nominations successives mèneront Mohamed Chebbi, son père, de Thala à Medjez el Bab.

Entre la Zitouna et Zaghouan

C’est à l’âge de 12 ans que Chebbi est inscrit à la Zitouna . Il grandira entre les diverses medersas et fréquentera les cercles culturels de son époque. Quant à son père, ses missions le mèneront à Ras Jbel puis Zaghouan où le poète passera ses étés.

Les dernières années

En 1929, le père tombera malade et reviendra à Tozeur où il décèdera. Depuis cette année, Chebbi vivra dans le sud, entre Tozeur et El Hamma du Djérid. Il fera aussi des séjours à Ain Draham et Tunis.

C’est d’ailleurs en août 1934 qu’il reviendra vivre et mourir à Tunis.
Gravement malade, il sera admis à l’hôpital italien de Montfleury et y décédera le 9 octobre 1934.

« Si le peuple veut »…

Plus de quatre-vingts ans après sa mort, demeurent ses strophes éternelles et sa célèbre injonction au destin: « Si le peuple un jour veut la vie, le Destin ne peut que consentir, la nuit s’évanouir et les chaines se briser »…

H.B.

Commentaires:

Commentez...