La FIDH soutient les syndicalistes tunisiennes en conflit avec la filiale de la multinationale française Latécoère en Tunisie

Syndicalistes de SEA Latelec de Fouchana La FIDH (Fédération Internationale des Droits de l’Homme) a publié ce mardi 1er juillet un communiqué affirmant son soutien aux syndicalistes Sonia Jebali et Monia Dridi, en grève de la faim  depuis le 19 juin, demandant leur réintégration au sein de l’usine Latelec de Fouchana, filiale de la multinationale française Latécoère.

« La FIDH qui suit le dossier aux côtés des ses organisations membres tunisiennes, réitère son soutien aux ouvrières en grève et appelle la multinationale française Lactéoère et sa filiale en Tunisie à cesser leur harcèlement, à respecter le droit national et international du travail et particulièrement des droits économiques et sociaux de l’ensemble de ses ouvriers et ouvrières. »

Les deux syndicalistes licenciées, qui poursuivent leurs grèves dans les locaux de l’UGET, confectionnaient sur le site de Fouchana harnais et pieuvres électriques à destination des plus grands avionneurs mondiaux. Le 18 mars 2011, elles ont créé  une section du syndicat UGTT dans leur usine.

Lors de la conférence de presse du mois de février, elles ont accusé la direction de l’ usine Latelec de licenciement abusif suite à leurs activités syndicales. Refusant toute indemnisation pour elles et pour  deux autres autres employées licenciées,  elles réclament leurs droits au travail.

Lactéoère, implanté dans la banlieue de Tunis depuis quinze ans, est un fournisseur majeur d’Airbus, du Brésilien Embraer, de Dassault Aviation et de Boeing.

Commentaires: