«La vie d’Adèle» ne risque pas d’être projeté dans nos salles, selon le ministère de la Culture

Scene du film La Vie d'Adele

Suite aux informations rapportées, récemment, par certains médias, concernant l’éventuelle projection du film polémique «La vie d’Adèle» du réalisateur franco-tunisien Abdellatif Kechiche dans nos salles de cinéma, M. Fathi Kharrat, directeur du cinéma et de l’audiovisuel au ministère de la Culture, a apporté quelques éclaircissements.

«Ce n’est rien que des bobards ! Ce film a été interdit aux mineurs de moins de 17 ans aux Etats-Unis. Alors, je ne vois, vraiment, pas comment il pourrait être présenté dans un pays arabo-musulman, tel que la Tunisie».

Et concernant la possibilité d’enlever les scènes osées du film afin de le rendre «diffusable», M. Kharrat a fait comprendre que «si cette logique devait être suivie, les deux tiers du film seraient jetés à la poubelle. Donc, ce que je peux vous affirmer, c’est que «La vie d’Adèle» ne risque pas d’être projeté dans nos salles de sitôt», a-t-il tranché.

Dans un autre cadre, signalons que les deux protagonistes du film, en l’occurrence Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos, ont révélé, dernièrement, sur le site d’informations américain «The Daily Beast», qu’elles ne travailleraient «plus jamais» avec le réalisateur Abdellatif Kechiche à cause des conditions «horribles» qu’il leur aurait imposées lors du tournage. Des propos qui viennent s’ajouter à ceux des techniciens du film, qui avaient, eux aussi, dénoncé, quelques mois plus tôt, les conditions de tournage.

Rappelons, enfin, que «La vie d’Adèle» est un film belgo-hispano-français, qui relate la relation homosexuelle entre deux adolescentes (Adèle et Emma), un thème qui a valu au film la Palme d’Or 2013 du Festival de Cannes… trois jours seulement, après la promulgation du mariage pour tous en France.

Slim MESTIRI

Commentaires:

Commentez...