Monsieur Fabius… vous êtes le caniche de qui ?

laurent-fabius_2487280bOPINION – Elle est franchement étonnante cette diplomatie française sous la double autorité Hollande-Fabius. En effet, alors que les chancelleries occidentales et que Barack Obama lui-même (ce dernier affirmant il y a quelque temps que le recours à l’arme chimique était une ligne rouge) font montre d’une certaine prudence quant à l’éventuel recours du régime syrien à l’arme chimique, voilà que le président Hollande se risque à évoquer un recours probable des autorités syriennes à ce type d’arme.

N’étant pas en reste, l’actuel maître du Quai d’Orsay s’agite ici et là pour se faire l’avocat de l’armée dite « libre » de Syrie et tenter à chaque occasion de présenter l’armée syrienne régulière comme une force piétinant en toute occasion le droit humanitaire. Loin de nous l’idée de présenter le président syrien en humaniste convaincu et son régime en une démocratie digne de la Fédération helvétique mais force est de constater que les retours qui nous parviennent du théâtre de la guerre civile en Syrie font aussi état de crimes de guerre atroces du côté de l’armée libre. Notamment de la part du front dit « Jabhat al-nosra » qui ne semble pas hésiter à recourir à la décapitation et aux exécutions sommaires.

Paradoxalement, alors que l’armée française est en guerre contre le jihadisme salafiste au Mali, le gouvernement français, dans un incroyable aveuglement ne semble pas voir du tout les crimes perpétrés par les jihadistes salafistes en terre syrienne ne s’arrêtant que sur les accusations d’un supposé recours par les forces régulières syriennes à l’arme chimique. Cette obsession autour de ce type d’arme n’est pas sans rappeler celle de l’Administration de George W. Bush dans la période précédant l’intervention US en Irak. Une obsession qui n’avait, à l’époque aucune justification, les faits ayant prouvé par la suite que ces armes n’existaient que dans l’imaginaire des agents de la CIA et sur la base de rapports bidons (ou bidouillés).

Alors Monsieur Fabius, vous qui en 2007, dans une formule cinglante avez donné du « Sarkozy, ce caniche de Bush », êtes le toutou de qui ? Dans quel intérêt et au profit de quel maître poussez vous des « waf waf » d’indignation concernant ces supposés bombardements à l’arme chimique ? Sarkozy qui ne cachait pas son amitié voire son admiration pour le sanguinaire G.W. Bush ne s’est pas désolidarisé, à l’époque de son président Jacques Chirac ni de son collègue au gouvernement Dominique de Villepin. Ces derniers, rappelons-le, avaient opposé une fin de non recevoir à leurs allié historique dans ces velléités guerrières.

Monsieur Fabius, une certaine idée de la France, comme l’aurait dit le général De Gaulle, aurait voulu que vous disiez non, mais hélas pour vous, vous n’êtes pas Jean-Pierre Chevènement encore moins le général De Gaulle ni même Jaques Chirac qui s’est trompé lourdement en vous traitant un jour de roquet… parce qu’au total vous n’êtes qu’un gentil petit toutou.

Commentaires:

Commentez...