Délaissés par le débat public, les diplômés chômeurs haussent le ton

Manif UDC (Crédit photo Augustin Le Gall)
Manif de l’UDC (Photo d’archive – Crédit photo Augustin Le Gall)

L’Union des diplômés chômeurs vient d’appeler ses membres à la mobilisation aujourd’hui devant tous les sièges de gouvernorat de la République.

Oubliés, délaissés et se sentant trahis par une révolution dont ils furent pourtant les moteurs, ces jeunes en détresse matérielle font de nouveau entendre leur voix et haussent le ton. De la sorte, ils demandent aux pouvoirs publics de rouvrir les dossiers urgents de la révolution et poursuivent ainsi leur lutte sociale.

Certaines voix parmi eux soutiennent que la véritable immunisation de la révolution consisterait à prendre le taureau par les cornes et s’attaquer véritablement aux épineux dossiers de l’emploi et du déséquilibre régional. Ils accusent le gouvernement de fuir en avant et de détourner le regard du public des priorités et des urgences en montant en exergue des dossiers (Amina, Weld El 15, Femen, etc.) qui agissent comme des écrans de fumée.

C’est dire le ressentiment qui prévaut parmi les jeunes diplômés chômeurs qui « ne comprennent pas pourquoi le monde entier prend la défense d’un chanteur et d’une provocatrice alors que personne ne se soucie de ceux qui ont fait la révolution qu’on continue à leur confisquer », comme le clame Miled Hermassi, un jeune de Kasserine. Il poursuit : « Pourquoi personne ne parle des quatre chômeurs diplômés arrêtés à Gafsa pour avoir demandé ce qui est un droit : la transparence dans les recrutements ».

En ce sens, l’Union des diplômés chômeurs appelle à une mobilisation devant le tribunal de Gafsa demain mardi pour appeler à la libération de leurs camarades emprisonnés. Et pour l’instant, seul le Front Populaire est solidaire de ce mouvement issu de l’élan révolutionnaire.

Commentaires: