Le pied-de-nez d’Abou Iyadh au ministère de l’Intérieur

Abou IyadhAnsar Al Chariaâ ont confirmé, lors d’une conférence de presse tenue aujourd’hui au Campus universitaire, qu’ils n’ont déposé aucune demande pour leur meeting de dimanche prochain à Kairouan mettant le gouverneur de Kairouan dans une situation embarrassante, lui qui a certifié à l’agence TAP et sur les ondes de Mosaïque FM que Ansar Al Chariaâ a déposé une demande auprès de ses services.

Cinglant démenti lors de la conférence de presse : aucune demande n’a été déposée, Ansar Chariaâ n’en a pas besoin, la «loi divine» leur proscrit de se référer à une autorité autre que celle de Dieu. Qu’en pense le gouverneur de Kairouan ? Des gens aussi pieux que ceux d’Ansar Al Chariaâ peuvent-ils être des menteurs ?

Bref, la mouvance salafiste a déclaré que non seulement elle n’a pas besoin d’autorisation, mais qu’elle a pris toutes ses dispositions en cas d’affrontement avec les forces de l’ordre, entendez que les quarante mille fidèles attendus ce dimanche à Kairouan, seront, en majeure partie armés jusqu’aux dents. Ils seront «militairement» entrainés et équipés pour se battre avec la police, d’ailleurs de nombreux stratagèmes auraient été mis en place, dont le recours au public des stades ou les «viragistes» d’obédience salafiste, fans du Club africain, de l’Espérance, de l’Etoile, d’El Makarem de Mahdia, de la JSK, etc. Des fumigènes seraient, entre autres, utilisés pour «contrer» les lacrymogènes des policiers.

Et le ministère de l’Intérieur dans tout cela, et Ghannouchi, qui a déclaré que, sans autorisation, Ansar Al Chariaâ ne pourront pas tenir leur rassemblement. C’est un véritable pied-de-nez que leur envoie Abou Iyadh. A moins que pour sauver la face, ils parviennent à convaincre les Ansar de dire qu’ils ont demandé une autorisation, sans avoir à le faire. En contrepartie, le ministère de l’Intérieur leur garantira un bon déroulement de leur meeting.

Commentaires: