Tunisie : « Pour les grandes puissances, le niveau d’alerte a dépassé celui des attaques du 14 septembre »

Touhami Abdouli, secrétaire d’État tunisien chargé des affaires européennes était en Irlande pour participer à une réunion de l’organisation sécuritaire et de coopération d’Europe (OSCE) qui regroupe 56 pays.

Au-delà de sa participation aux travaux de cette réunion, l’impression générale des participants n’a pas laissé Touhami Abdouli indifférent.

Il vient de donner son sentiment par rapport à ce qu’il a pu recueillir de sa participation à Dublin.

Dans une déclaration sur les ondes de la radio Shems FM, il a traduit les craintes exprimées par les participants à cette réunion, tenue dans la capitale irlandaise.

Selon lui, du côté de l’Europe, on s’inquiète de ce qui se passe en Tunisie et on estime que le niveau d’inquiétude a grandi et la situation est devenue plus préoccupante qu’elle ne l’était au lendemain des attaques du 14 septembre contre l’ambassade des États-Unis à Tunis.

Les deux chefs de la diplomatie des deux grandes puissances que sont les États-Unis et la Russie, Hillary Clinton et Sergueï Lavrov ont même laissé entendre que le stade de la préoccupation était dépassé et que la Tunisie avait désormais atteint un stade plus grave concernant la situation dans ce pays et la réussite de sa transition démocratique alors que la Tunisie a toujours été citée comme modèle du « Printemps arabe ».

Par ailleurs, les participants, notamment Européens et Américains ont réitéré leur soutien à la Tunisie lors de l’organisation des prochaines élections.

Mais dans cette analyse de la situation, ils restent conscients « des obstacles que rencontre le gouvernement de la part de parties qui sont bien connues de l’étranger » mais que « les ligues de protection de la Révolution ne peuvent pas se substituer à l’État » en référence à ce qui s’est passé la semaine écoulée devant le siège de l’UGTT.

Touhami Abdouli, membre d’Ettakatol est docteur spécialisé en civilisation et anthropologie culturelle est maître de conférences à l’Université de Sousse et vice-président de l’Université euro-méditerranéenne relevant de l’Union européenne.

Commentaires: