Troubles psychiatriques : 15% de Tunisiens en plus « au Razi », il y a de quoi !!!

Sous le titre « Dépression postrévolutionnaire en Tunisie…Les nerfs finissent par craquer… », le quotidien ‘La Presse’ est revenu ce matin sur le malaise mental enduré par les Tunisiens depuis un certain 14 janvier. Le président du comité médical à l’hôpital Razi, Dr Fadhel Mrad, interviewé par le rédacteur de l’article, dresse un tableau noir.

En effet, le nombre de consultations a augmenté de 15% en 2011 par rapport à 2010. Ainsi donc, l’hôpital Razi a accueilli quelque 138.000 patients au cours de l’année de la révolution contre 120.000 seulement l’année d’avant, soit 18.000 consultations supplémentaires. Le sexe ‘fort’ semble être le plus touché par les événements postrévolutionnaires, soit 87,5 mille consultations contre seulement 51 Milles chez les femmes. Ceci veut dire, en termes de chiffres et sur une population de 11 millions d’habitants, que plus de 12% des Tunisiens souffrent de troubles psychiatriques. De quoi rendre…fou !

Parmi les symptômes physiques de cet état post-traumatique, les examens médicaux ont décelé des crampes digestives, des troubles du sommeil, ainsi que le trouble du rythme cardiaque, ajoute le Dr Mrad. Selon lui, « les évènements du 14 janvier ont réparti les Tunisiens en trois groupes bien déterminés : il y a ceux qui ont opté pour une attitude psychologique de lutte, et donc d’affrontement de la situation. Ceux qui ont opté pour une attitude de fuite psychologique qui traduit un certain déni d’autoprotection. Et, enfin, ceux qui ont succombé à l’épuisement psychologique».

Dr Mrad aurait peut-être aussi oublié ceux qui ont perdu tout espoir…

L’avenir incertain, les errements sociopolitiques, un gouvernement à la dérive, un semblant de guerre civile, une jeunesse qui ‘prend l’eau’…

Voici les ingrédients d’un Tunisien qui ne sait plus à quel « Saint » se vouer ?
Tiens, en parlant de Saint…

Commentaires:

Commentez...