Les salafistes font la Loi : après Sidi Bouzid, Jendouba

Plusieurs salafistes ont attaqué hier le district de la police judiciaire, le district de la garde nationale, des bars et des commerces à Jendouba. Des affrontements ont ensuite opposé les forces de l’ordre à des salafistes armés d’engins incendiaires et de sabres.

« Des salafistes au visage masqué et armés de sabres, de cocktails Molotov et de cailloux ont attaqué des boutiques en ville et détruit les biens qui y étaient stockés. Ils ont ensuite incendié le commissariat de police », rapporte Reuters.

Selon Mosaique Fm, l’arrestation de « quelques salafistes dans le gouvernorat de Jendouba dans la journée du vendredi 25 mai 2012 est à l’origine des affrontements entre des membres de ce groupe et les forces de l’ordre dans la matinée du samedi 26 mai 2012″.

Quant à Reuters, elle précise que  » ces salafistes, qui prônent une interprétation stricte des préceptes de l’islam, entendaient protester contre l’arrestation de quatre hommes impliqués dans de précédentes attaques contre des débits d’alcool ».

À moindres degrés, ces attaques, entre autres, sur des bars et des commerces, nous rappellent la descente des salafistes, samedi 19 mai, à Sidi Bouzid, dans des points de vente de boissons alcoolisées.

De quel droit un groupe de personnes impose ses idées par la force et la terreur, et prive les citoyens de leur liberté ?

Avant-hier, le président d’honneur de la Ligue tunisienne de la défense des droits de l’Homme (Ltdh), l’avocat Mokhtar Trifi, a déclaré à l’AFP que « des groupes salafistes menacent les libertés en Tunisie ».

Rappelons que lundi dernier et suite aux fermetures des bars par des salafistes, le ministre tunisien de la Justice, Noureddine Bhiri, a déclaré que  » la promenade est terminée et que ceux qui dépassent les lignes rouges vont être punis  » !!

Commentaires: