Sfax: des salafistes et des miliciens se sont attaqués à la réunion du Parti National Tunisien et aux journalistes

Il ne s’est pas passé une quinzaine de jours depuis la menace de mort lancée en public par Habib Bousarar à l’encontre de Caied Essebsi, lors de la manifestation de soutien au Coran, que les salafistes et leurs alliés commencent déjà à mettre à exécution cette fatwa émanant d’un haut fonctionnaire de l’État.

Leur première cible a été le meeting organisé aujourd’hui à Sfax par le Parti National Tunisien dans le cadre de la célébration de la fête des martyrs. Des personnalités politiques, dont des ministres du temps de Bourguiba, ont été conviées à ce meeting. Des journalistes de Nessma TV ont été dépêchés sur les lieux pour couvrir l’événement.

Mais à la grande surprise de tout le monde, des dizaines de jeunes se sont rassemblés devant le théâtre municipal pour empêcher le meeting. Leur motif était que les leaders et membres du Parti National Tunisien, qui représente une coalition de 9 partis centristes, sont des ex RCD et destouriens qui cherchent à faire revenir la dictature destourienne. Ces jeunes ont agi à l’initiative des conseils de protection de la révolution. Ils ont réussi à empêcher la réunion en usant de la menace et de la violence contre les invités, les participants et les journalistes, dont des confrères de Nessma TV. Ces derniers, traités d’athées et de mécréants, ont avoué que plusieurs parmi les assaillants étaient des barbus. Ce qui présume leur appartenance à la mouvance salafiste.

Dans une déclaration à Mosaïque FM, Faouzi Loumi, membre du bureau politique du Parti, a annoncé que cette attaque avait été préparée largement à l’avance. Les boycotteurs étaient là dès le petit matin pour interdire la réunion prévue à partir de 10 heures. D’après Faouzi Loumi, des bobards ont circulé dans la région, faisant état de la présence parmi les invités de Beji Caied Essebsi. Ce qui a ravivé les hostilités.

De son côté, le secrétaire général du Parti, Sahbi Basli, a affirmé ce soir dans un entretien télévisé à Nessma TV qu’il détient des preuves et des informations certaines indiquant que les agresseurs ont été payés par certaines personnes connues et qu’une plainte a été déposée à leur encontre auprès du Parquet de Sfax. Il a ajouté que malgré la gravité de la menace et des actes, la police n’est pas intervenue alors qu’il lui incombe de protéger les citoyens sur la voie et dans les lieux publics.

Concernant les accusations dirigées contre le Parti et ses membres, le secrétaire général les a niées catégoriquement. Il a précisé que la mauvaise graine du RCD est en train de germer dans les hautes sphères du pouvoir et que des ex RCD occupent actuellement des responsabilités de premier ordre dans l’administration. Il a ajouté que son Parti n’acceptera jamais d’accueillir des ex RCD impliqués avec l’ancien régime et qu’il fera tout pour les démasquer, les dénoncer et les évincer de la scène politique.

Commentaires:

Commentez...