Réactions contrastées après la décision du maintien du 1er article par Ennahdha

La décision d’Ennahdha de maintenir l’article 1er de la constitution a été quelque part une surprise tant le parti au pouvoir semblait pencher du côté de ceux qui appellent à l’application de la Chariaa. Les déclarations, en ce sens, de Sadok Chourou ou encore la présence de Habib Ellouze au premier rang de la manifestation appelant à ce que la Chariaa soit la source de la loi en Tunisie, a renforcé ce sentiment de surprise.

Invité chez Mosaique FM, Rached Ghannouchi a expliqué cette décision de maintien du premier article de la constitution de 1959. Les militants d’Ennahdha, divisés après cette annonce, n’ont pas été plus convaincus après les déclarations du leader du parti.

En parcourant les différents commentaires sur les réseaux sociaux, certains se sentent déçus, voir trahis, par Ennahdha. « J’ai voté Ennahdha car je pensais que c’est un parti islamiste et qu’il défendrait la chariaa mais elle nous a trompé… » pouvait-on lire sur le profil facebook de Rached Ghannouchi.

Plein de commentaires semblables viennent exprimer la désapprobation de plusieurs nahdhaouis quant à la décision de ne pas adopter la Chariaa comme source de loi. D’autres militants ont, comme par magie, changé d’avis et ne font plus de la Chariaa une revendication essentielle. L’effet Ghannouchi peut-être.

De Londres, le président d’Al Aridha a réagi à la décision d’Ennahdha en l’accusant d’avoir trahi ses électeurs et ses militants. Voyant vraisemblablement en cette histoire une occasion d’attirer certains députés d’Ennahdha, Hechmi Hamdi les a appelés à rejoindre son courant et se préparer à former un bloc parlementaire pour les prochaines élections. Rajoutant de l’huile sur le feu, comme il en a l’habitude, H. Hamdi a déclaré qu’Ennahdha pourrait être accusé d’avoir abandonné l’Islam pour rester au pouvoir.

Bref, des réactions contrastées donc après cette décision d’Ennahdha. Pendant ce temps-là, les salafistes sont étrangement silencieux sur leurs pages facebook…

Commentaires:

Commentez...