Le « Urbi et Orfi » de Sihem Badi

Fac-similé de l'article d'Achourouk au sujet de Sihem Badi et le mariage coutumier

Suscitée par un article de presse paru ce matin dans le journal « Achourouk » et dans lequel Mme Sihem Badi, ministre de la Femme dit que le mariage coutumier est une « liberté personnelle », une vive polémique s’est installée sur les réseaux sociaux.

Pour certains, rien de plus normal que le mariage coutumier, dit communément « Orfi » en dialecte tunisien, et qui n’est autre qu’un choix personnel. Cette forme de mariage existe depuis longtemps dans la société tunisienne qui n’y voient que la légalisation par le biais de la religion du concubinage.

Sur ce point en particulier, ceux qui applaudissent la déclaration de madame la ministre, s’indignent du fait que les « progressistes » acceptent plus facilement l’idée du concubinage que celle du mariage coutumier, et taxent ces derniers de conservatisme mal placé.

Pour les autres qui crient au scandale, cette déclaration n’est qu’une façon d’institutionnaliser l’adultère et de légaliser les rapports sexuels hors mariage. Ils y voient une atteinte au droit et au code du statut personnel cher aux Tunisiennes !!!

Et à d’autres encore de se demander pourquoi n’autorise-t-on donc pas le concubinage et les unions libres dans ce cas (passible de trois mois de prison, actuellement) ? Pourquoi tolère-t-on ce qui revient à la même chose seulement sous une couverture religieuse ?

À regarder de près cet article, la ministre n’a fait qu’émettre un avis personnel, et a bien annoncé que le ministère de la Femme ne doit en aucun cas intervenir dans ce sujet.

Mais pourquoi une telle polémique et pourquoi maintenant, alors que tous les regards sont rivés vers cette constitution tant attendue ? Y a-t-il une volonté de faire fléchir les défenseurs les plus féroces du code de statut personnel et des droits de la femme ? Une polémique pareille était impensable il y a quelques mois, certains y voient même une régression. Tente-t-on par le biais de « petits sujets qui fâchent » de donner une certaine couleur à la constitution ?

D’autres se demandent si les propos de Mme la ministre sont vraiment responsables !!! Si notre société commence à tolérer de telles pratiques, finira-t-elle par en accepter d’autres encore plus graves comme « le mariage de jouissance ou temporaire », « le mariage des mineurs », le droit de cuissage (pratiques dont l’Islam est totalement innocent et qui ne résultent que d’une lecture sectaire et trop fausse des textes)…

Où est le droit dans tout cela quand on sait que la femme qui s’unit en dehors d’un mariage civil n’en a aucun, que les enfants qui en naîtront ne seront pas reconnus ?

Madame la ministre, vous êtes en droit de donner votre bénédiction au mariage coutumier. Si cela émane d’une conviction personnelle, nous l’accepterons peut-être, mais si vous le faites sous la pression de groupuscules minoritaires dans la société, si vous le faites, au nom de la liberté certes, mais aux dépens du droit, c’est là où nous nous opposerons de toutes nos forces !!!

Commentaires:

Commentez...