Politique économique : la Troïka navigue à vue ?

On ne pouvait pas faire autrement, déjà pour passer à la vitesse de la lumière, la loi de finances à dû lober-louvoyer comme pas possible. Après tout, ça sert à ça la Troïka lorsque l’on a plus le temps pour tout expliquer. La nouvelle gouvernance n’a pas de stratégie, mais, elle dispose de la majorité, vous comprenez. En clair, on navigue à vue.

Marzougui est en Libye pour trouver la solution miracle. Peu importe qu’ils nous tirent dessus à la frontière alors que nous le soignons et recevons chez nous. C’est que c’est la Libye et qu’il y a 200.000 jobs qui attendent là-bas! 400.000 valorise celui-là, un million d’emplois pour tout reconstruire dans ce pays! Eh oui, martèle ce dernier.

Le problème c’est que les travailleurs du monde entier affluent vers la Libye. Soudanais, Maliens , Nigériens, Égyptiens,Turcs…font la queue. Nous aussi. Vous comprenez que les 25000 emplois prévus au budget sont très, très loin du compte. Et encore comment y parvenir avec un budget de 60% de ressources sur l’épargne. Une épargne que les faiseurs de la politique monétaire veulent rémunérer pour moins que le niveau d’inflation qui parait-il n’est que de 3,5%! Mais comment ils font pour calculer ces taux? Et à combien notre pays compte rémunérer la dette qu’il souhaite engranger pour le reliquat de financement du budget avec une note souveraine sous surveillance négative? Déjà l’Italie claque du 7% pour les Bons d’Etat à 10 ans.

Bon, vous comptez augmenter les salaires. Oui, mais Keynes a prévenu que c’est là une solution à court terme. Et si la machine reste grippée, ça va encore faire monter les prix que d’injecter du pognon comme ça alors que la récession est de service. 0% en 2011, combien en 2012? Les banques ont déjà tout donné. Du temps de « l’autre » 3000 millions de dinars (3milliards si vous préférez) sont partis en fumée. Du temps de « celui-ci » il ne reste plus rien en réserves. Vous parlez d’une indépendance pour tant d’amateurisme? Il faut tout recapitaliser dans ce secteur exsangue,tout comme dans celui du leasing qui n’arrive plus a récupérer ses billes. Mais le marché financier n’est plus dupe. L’actionnaire idiot, c’est du passé! Vous le savez, même les carnets de commandes chez nos entreprises ne sont plus pleins comme du temps où l’Europe allait bien. Tourisme en berne, phosphate un jour braqué un autre libéré, un jour on exporte toute la volaille sur la Libye, un autre pas moyen d’y écouler un poulet. C’est vous dire avec 6% de déficit budgétaire.

Serrez ceinture mesdames et messieurs! C’est le mot d’ordre de la renaissance. Car, la Libye ne fait que commencer sa résurrection vers une démocratie qui risque de ne pas fleurir facile, à en voir la terrible cassure sociale qui s’est exacerbée au lendemain du coup de main de l’OTAN…C’est vous dire combien le chemin parait bien long pour envisager des relations fructueuses stables et durables alors même que ce n’est pas la volonté des deux pays qui manque en témoigne les visites d’affaires de par et d’autre et les rapprochements que les patronats des deux pays tentent de relancer.

Y a t’ il une priorité pour la Tunisie qui à la place des obus avait préféré recevoir ces centaines de milliers de réfugiés fuyant la guerre et tous ces blessés que nos médecins et hôpitaux ont soignés? Aux dernières nouvelles les nouveaux patrons de la Libye passent au peigne fin tous ceux qui traversent la frontière et tout ce qui y transite, y compris les marchandises vers la Libye, maintenant que les ports libyens ont repris du service et que les bateaux arrivant de partout s’y accostent sans problème.

Au total, si les Tunisiens sont fiers d’avoir lancé le mouvement du printemps arabe, ils semblent tourner en rond pour identifier la feuille de route idoine pour s’en sortir et atteindre le bien-être économique et social tant attendu par nous et tant promis par eux. Établir une feuille de route pour traiter simultanément l’économique, le social et le politique devient une urgence. C’est d’autant plus compliqué que l’équipe qui forme la nouvelle gouvernance a besoin de temps pour prendre passation efficace des dossiers en cours. Mais peut-être avec la volonté de dieu, qui sait ?

Commentaires:

Commentez...