Canada : Belhassen n’a pas déclaré ses biens et son avocat perquisitionné

Réfugié au Canada depuis le 20 janvier 2011 après sa fuite de Tunisie, Belhassen Trabelsi fait l’objet d’un mandat d’arrêt international, adressé par les autorités tunisiennes. Malgré sa condamnation à 15 ans de prison par contumace par le tribunal de Tunis, le 28 septembre dernier, et les diverses demandes d’entraide judiciaires lancées par la Tunisie, son extradition tarde à se faire dans la mesure où Ottawa fait toujours la sourde oreille.

Certains bruits font état de plusieurs investissements faits par Belhassen au Canada, et ce, grâce à une fortune estimée entre 7 et 10 milliards de dollars canadiens, volée au peuple tunisien durant les 23 ans de règne de Ben Ali.
Les choses devraient pourtant évoluer après que des enquêteurs de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) aient perquisitionné les bureaux de l’avocat Donald Kattan, suspecté de gérer les affaires du frère de la Régente de Carthage. C’est ce que vient de révéler cyberpress.ca.

Selon ce site, la GRC a conclu que «Me Kattan agissait à titre d’intermédiaire pour les transferts et la conservation des fonds et des biens de Trabelsi au Canada. Or, l’avocat a volontairement omis de communiquer cette information à la GRC, comme l’exige la nouvelle loi». De son côté, Belhassen Trabelsi n’a eu de cesse de demander, le 30 novembre, aux enquêteurs de la GRC, «comment il allait vivre s’il déclare ses biens», comme indiqué dans le mandat de perquisition. Belhassen savait très bien que s’il déclarait sa fortune, celle-ci allait être directement rendue au nouveau gouvernement tunisien.

Rappelons que depuis son arrivée au Canada avec sa famille, Belhassen Trabelsi continue à vivre comme s’il était encore le parrain du clan Ben Ali-Trabelsi. Toujours d’après cyberpress.ca, à l’arrivée de Trabelsi, sa femme et ses quatre enfants à Montréal, ils ont été hébergés dans un hôtel pendant une semaine. Ils ont quitté l’endroit sans… payer les 620,87 dollars canadiens pour les chambres et les 7267,08 dollars canadiens pour les frais de sécurité.

C’est le 24 janvier que le bureau d’avocats Péloquin Kattan a reçu un virement de 1 389 118$US, pour Belhassen Trabelsi, de la Banque Libano-Française et le dépôt faisait mention de l’acquisition d’une propriété au Canada, permettant de payer les frais engendrés par la famille Belhassen Trabelsi.

Commentaires:

Commentez...