Une Tunisienne participe à une importante découverte en neurologie aux États-Unis

Kaouther Ajroud avec le Pr. Mugnaini au Laboratoir du Pr. Teepu Siddique du département de Neurologie de Northwestern University Medical School

Une équipe médicale américaine dont fait partie une scientifique tunisienne vient de faire une découverte qui pourrait révolutionner le monde de la neurologie. Cette découverte est le fruit d’une bonne dizaine d’années de travail sur une pathologie rare portant le nom de maladie amyotrophique latérale sclérosée.

En quoi consiste cette découverte ?

La maladie amyotrophique latérale sclérosée est une maladie neurodégénérative qui affecte aussi bien le cerveau que la colonne vertébrale. Il en résulte une paralysie générale de la personne affectée qui généralement décède en quelques années.

A l’heure actuelle, il n’y a pas de cure pour cette maladie. Ceci s’explique en partie par la complexité des causes, peu connues jusque lors.

Et c’est justement là que réside l’importance de la découverte de l’équipe du Professeur Teepu Siddique du Département de Neurologie de Northwestern University Medical School que Dr. Kaouther Ajroud, diplômée de la Faculté des Sciences de Tunis, a rejoint il y a trois ans.

En effet, l’équipe vient de découvrir une des causes qui peut expliquer la majorité des cas. Cette cause est liée à l’accumulation d’une protéine dans les neurones.

Cette protéine appelée Ubiquiline 2 fait partie d’un des systèmes de recyclage des protéines utilisées par le neurone.

A quand le médicament ?

Certes, il est encore trop tôt de parler d’une cure. Mais ce que la découverte apporte de nouveau, c’est qu’on sait maintenant qu’il faut agir sur le système de recyclage afin d’éviter l’accumulation de protéines au niveau des neurones. Reste maintenant à trouver le médicament qui aidera le système d’évacuation à absorber ces protéines accumulées et qui pourra ouvrir la voie vers une cure aussi bien de la maladie amyotrophique latérale sclérosée que d’autres maladies telles que celles de Parkinson et d’Alzheimer.

Commentaires: