Opinion – Quand le ministère de l’Intérieur se sert d’un décès pour accéder à la popularité…

«C’est avec une profonde tristesse que le ministère de l’Intérieur a appris le décès de Sofiane Chaâri. En cette douloureuse circonstance, il présente ses condoléances les plus sincères et toute sa sympathie à la famille du défunt et à celle du monde de l’art. Qu’il repose en paix», en gros voici la traduction du message qu’on pouvait lire aujourd’hui sur le mur Facebook du ministère de l’Intérieur.

Au premier abord, ce message est des plus anodins. Mais à y réfléchir on pourrait se demander pourquoi ceci de la part du ministère de l’Intérieur.

Est-ce pour se rapprocher du peuple ? Pour faire croire que le ministère de l’Intérieur comprend les Tunisiens ? Se sert-on du décès d’un acteur populaire pour faire une sorte de mea culpa ? Est-ce pour faire oublier que la Tunisie n’est pas encore sur pied ? Pour faire disparaître de la mémoire collective les snipers ? Autant de questions et même d’autres qu’on est en droit et à juste titre de se poser.

Nombre de Tunisiens aimeraient bien trouver et lire ce genre de message sur le mur Facebook du ministère de l’Intérieur : «C’est avec une grande joie que le ministère de l’Intérieur annonce au peuple tunisien l’arrestation de tous les snipers qui terrorisaient le pays. Leur jugement aura lieu en séance ouverte tel jour à telle heure. Vous êtes les bienvenus» ou encore : «Le ministère de l’Intérieur est heureux de vous annoncer que tous ses agents qui ont gangrené l’institution et qui ont été contre le peuple ont été démis de leur fonction». Ça serait trop demandé apparemment.

De toute manière le message de condoléances à propos du décès de Sofiane Chaâri, même s’il est sincère, ne peut être fortuit… Le monde de la Culture a connu d’autres décès et pourtant aucun message n’est paru sur le mur Facebook du ministère de l’Intérieur. Alors ? …

Commentaires:

Commentez...