Après avoir tenté un rapprochement avec Israël, Kadhafi veut une alliance avec les islamistes !

Dans une interview accordée au journal américain, New York Times, et relayé par l’AFP, Seif Al-Islam Kadhafi a déclaré que son père, Mouammar, aurait scellé une alliance avec les islamistes de Libye. Cette alliance a pour but d’éliminer définitivement les rebelles qui luttent, depuis février, pour le départ du chef d’Etat libyen.

Apparemment et d’après Seif Al-Islam, le sort de ces insurgés est déjà connu. Ainsi il déclare que ceux-ci n’ont que deux choix : s’enfuir ou mourir. Le gouvernement de Kadhafi veillera à ce qu’il n’existe pas de troisième option.

Le fils de Kadhafi, qui clamait il y a peu que le régime de son père était un rempart face à la menace des extrémistes, a, semble-t-il, changé de discours. Il a, d’ailleurs, mené des négociations avec l’un des chefs islamistes libyen, Ali Sallabi, selon les déclarations de ce dernier. Peu important, pour Seif Al-Islam, que la Libye ressemble, dans un avenir proche, à l’Arabie Saoudite ou à l’Iran, et ce qu’il est ressorti, également, de son interview au Times.

Alors que les insurgés paraissent encore unis, et sûrs de leurs forces, malgré la mort mystérieuse du général Younes, le clan Kadhafi ne sait plus où se donner de la tête.

Le mois dernier, Kadhafi avait tenté un rapprochement avec Israël dans le but de se maintenir au pouvoir. A l’époque, le site jssnews.com avait affirmé qu’une source israélienne avait révélé des informations selon lesquelles le député Meir Shétrit avait rencontré deux diplomates proches de Kadhafi durant leur passage à Jérusalem. Ces deux diplomates auraient aussi approché le chef de l’opposition Tzipi Livni, ainsi que le député Danny Danon.

Le refus d’Israël de coopérer avec Kadhafi a, semble-t-il, poussé ce dernier à se rabattre sur la carte de l’extrémisme…

Commentaires:

Commentez...