Peut-on arrêter Internet ?


Peut-on appuyer sur un bouton pour couper le web tunisien d’un seul coup ? Ainsi, on arrêtera les attaques des pirates sur nos sites, empêcher les facebookeurs de propager des infos ou des rumeurs, calmer la cyber-activité et, surtout, libérer les internautes tunisiens un tant soit peu de la toile.

Aux States, aux pays de la « liberté », le Président Obama disposerait bientôt d’un pouvoir de contrôle total de l’internet mondial ainsi que la possibilité de le fermer.

Pour le faire en toute l’égalité, un projet de loi intitulé « Protecting cyberespace as a national asset act » est en gestation depuis juin 2010. Officieusement, nul doute que la maison blanche a de tels pouvoirs.

L’idée de ce projet de loi, visant à protéger le cyberespace en tant que capital national, permettrait au Président Obama, en cas de menace sur des sites vitaux, de déclarer un « cyber-état d’urgence ».

À moindre dégâts, chez nous, plusieurs ont remarqué la congestion du réseau national. Une bonne partie est causée par les fameuses attaques de type déni de service (DDOS). Pour se défendre, le réseau tunisien a minimisé les dégâts en ordonnant la déconnexion de certains réseaux ou de certains sites. Et aux dernières nouvelles l’ATI n’utilise plus ses serveurs DNS mais, plutôt ceux des FSI pour que le web tunisien retourne à l’état normal.

Rendre le réseaux partiellement inactifs ou les mettre en état de « coma artificiel » peut s’avérer comme un bon outil thérapeutique. Le but est que les internautes soient saints et saufs!

Commentaires:

Commentez...