Entreprise intelligente: quelle stratégie en matière de TIC

«Stratégie en matière de TIC», livre du docteur Tawfik Jelassi, doyen et président du Directoire de School of International Management, Ecole nationale des ponts et chaussées (ENPC) à Paris, a été le thème de la «Journée Entreprise intelligente», organisée jeudi 16 décembre au siège de l’UTICA par la chambre nationale des sociétés de services et d’ingénierie informatique (INFOTICA).

Partant de la situation actuelle des marchés internationaux qu’il qualifie d’«océan rouge» où les concurrents sont assimilés à des requins, le docteur Jelassi a pris l’exemple des grandes firmes à caractère industriel ou commercial qui ont pu, grâce au développement de la technologie de l’information et de la communication (TIC), réaliser un saut géant dans le monde de l’innovation et de création qui leur a permis de s’épanouir et d’accéder à ce qu’il nomme externalisation.

L’entreprise intelligente ou les nouveaux concepts
Dr Jelassi souligne que le terme générique d’Entreprise Intelligente signifie, entre autres, le développement de nouveaux modes de travail et modèles économiques basés sur la «sur mesure des masses» qui consiste à connaître d’avance les tendances du marché, à fidéliser le client et à voir en lui non pas un simple consommateur mais un «individu». Argument d’autorité, M. Jelassi donne l’exemple de l’empire IBM, de la société Levi Strauss, de Tesco, des Galeries Lafayette où la fabrication de leurs produits obéit primordialement à une base de données élaborées auprès de millions d’acheteurs.
De ce fait, toujours selon l’intervenant de marque, l’enjeu pour l’entreprise qui se veut intelligente, àl’heure l’«Open sources logiciel», ,réside dans ce qu’il appelle «The blue ocean», entendez «l’océan bleu» qui signifie tout simplement: se démarquer de la concurrence baptisée «ocean rouge» et d’avoir les idées qui permettent cette démarcation.

Ce n’est pas la mer à boire!
Pour ce faire, l’entreprise intelligente doit employer tous les potentiels capables de comprendre le mouvement du marché tels que les systèmes interface, le modem imbriqué, les prises téléphoniques, les téléconférences, la messagerie instantanée, le courrier électronique, la suite bureaucratique, etc.
Ceci dit, les TIC ne sont qu’un outil qui sert à rendre utile son établissement ou un vecteur de création de valeur et de business à travers la technologie de l’information. C’est le rôle que les grandes firmes attribuent au leadership de l’entreprise ou au directeur financier qui doivent inspirer le commerce et faire naître l’enthousiasme créateur pour mieux se positionner dans l’univers business.

Quel rôle des TIC dans l’entreprise tunisienne
D’autres interventions ont également marqué la journée à l’instar de celle de Ferid Ben Tanfous, directeur général de l’ATB qui a souligné le rôle de l’informatique et de l’intégration de l’Internet qui ont contribué à l’amélioration du système bancaire tunisien. Il a mis l’accent aussi sur le rôle de l’identification, par les banques tunisiennes, des acteurs et des actifs innovants et immatériels (en terme de connaissance) qui ont favorisé leur pérennité.

M. Taher Bayahi, PDG du Magasin Général a, quant à lui, présenté un concept futuriste du mode de fonctionnement et de travail de la société en 2021 et Karim Ahres, vice-président d’INFOTICA de pencher sur une éventuelle utilisation par les entreprises tunisiennes du «Cloud», entendez le «nuage informatique» qui consiste à louer les logiciels et à appliquer le soutien de la relation-client ou le e-citoyenneté.

Commentaires:

Commentez...