« Une Terre Promise » : La Tunisie, évoquée dans les mémoires de Barack Obama

Le premier tome des mémoires de l’ancien président des Etats-Unis, Barack Obama est dans les bacs. La parution, hier, mardi 17 novembre 2020, de la première partie de ses mémoires, « Une Terre Promise » était attendue dans le monde entier.

C’est, pour ainsi dire, l’évènement littéraire de l’année, aux Etat-Unis et dans les 22 autres pays où la parution des mémoires d’Obama a eu lieu.

Dans ce premier tome, composé de 848 pages et qui couvre son premier mandat présidentiel entre 2008 et 2012, Barack Obama, revient, en détail sur les évènements marquants de sa présidence.

Entre autres évènements marquants, la Révolution en Tunisie, évoquée dans un des chapitres de ses mémoires.

« Le même mois, en Tunisie un vendeur de fruits désespéré s’est immolé par le feu devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid. C’était un acte de protestation, produit de la détresse et de la fureur d’un citoyen face à un gouvernement qu’il savait corrompu et indifférent à ses besoins.

L’homme, Mohamed Bouazizi, 26 ans, n’avait pas la réputation d’être un militant et ne s’intéressait pas spécialement à la politique. Il appartenait à une génération de Tunisiens n’ayant connu que la stagnation économique et le joug du dictateur Zine El-Abidine Ben Ali.

Harcelé à répétition par des inspecteurs municipaux, après s’être vu refuser une audience devant le juge, il avait fini par en avoir marre. D’après un témoin, au moment de s’immoler, Bouazizi a crié – à tout le monde en général et à personne en particulier : « Comment est-ce que vous voulez que je gagne ma vie ? »

La souffrance de ce marchand de fruits a déclenché aux quatre coins du pays des manifestations contre le gouvernement tunisien et, le 14 janvier 2011, Ben Ali a fui avec sa famille en Arabie Saoudite. En parallèle, des mouvements similaires, principalement animés par des jeunes, naissaient en Algérie, au Yémen en Jordanie et à Oman, premiers bourgeons de ce qui allait devenir le Printemps arabe ».

Le président Obama évoque également son discours sur l’état de la nation et l’ajout d’une phrase directe pour exprimer le soutien des Etats-Unis au peuple tunisien.

« Après la formidable mobilisation des Tunisiens qui était parvenue à renverser un dictateur, la population à travers le pays semblait en ébullition, portée par l’espoir d’un réel changement. La situation était toutefois complexe, et l’issue incertaine. Pour finir, nous avons décidé d’ajouter une phrase, simple et directe, à mon discours : « Ce soir, je veux le dire clairement : les États-Unis d’Amérique sont aux côtés du peuple tunisien et soutiennent l’aspiration de tous les peuples à la démocratie ».

Commentaires:

Commentez...