Les retombées d’El Kamour : A Gabes, sit-in ouvert au Groupe Chimique

Le dénouement de la crise d’El Kamour a certes répondu aux attentes des habitants de Tataouine, mais il a ouvert la porte à d’autres crises sociales dans différentes régions.

Prenant pour exemple le sit-in El Kamour, plusieurs dizaines de jeunes protestataires ont entamé, ce vendredi 13 novembre un sit-in ouvert dans les sites de production du Groupe Chimique Tunisiens à Gabes.

Selon l’agence TAP, le personnel de cette société a été empêché de regagner les sites de production et les locaux du GCT par les protestataires qui revendiquent l’emploi et l’amélioration de leurs conditions sociales.

Ces protestataires revendiquent en effet la création de postes d’emploi dans le GCT mais aussi dans les sociétés de l’Environnement.

Après avoir traité le dossier d’El-Kamour, le chef du gouvernement a promis d’adopter la même approche avec les autres gouvernorats.  Le suivi et l’approche adoptées dans ce dossier devraient désormais être étendues à d’autres gouvernorats, avait-il annoncé.

Un accord avait finalement été trouvé entre le gouvernement et la coordination d’El Kamour permettant ainsi de mettre fin à des mois de blocage, de protestations et d’arrêt de production.

A la suite de cet accord tant attendu par toute une région, la production de pétrole ainsi que les activités des entreprises opérant dans le domaine de l’énergie dans la région, ont repris le 7 novembre 2020.

Commentaires:

Commentez...