Traces esclavagistes : Un Tunisien de 81 ans gagne son procès et élimine le mot « Atig » de son nom

CP : MRG

Après 3 ans d’attente, un Tunisien de 81 ans a remporté son procès et se verra retirer de son nom le mot « Atig », qui signifie « libéré(e) par » et qui fait référence à l’héritage de l’esclavagisme dans le pays.

Le Tribunal de Première Instance de Médenine a rendu un jugement historique, annonce le Minority Rights Group International (MGR).

Le procès a été remporté par Hamdane Atig Dali originaire de Djerba, qui réclamait, avec son fils Karim, le droit de retirer le mot « Atig » de leur nom de famille.

« L’affaire remonte à 2017, quand Karim et Hamden déposèrent une demande auprès du tribunal de première instance de Médenine pour supprimer le nom Atig, de leur nom de famille en raison de la connotation péjorative de mépris et d’humiliation », annonce l’organisation.

CP : Moslem Ben Ali

« Cette décision est très importante », se félicite Silvia Quattrini, coordinatrice des programmes MENA de MRG. « Porter ce nom est un rappel continu de l’héritage de l’esclavagisme. Ce jugement ouvre la route à des procédures semblables pour d’autres Tunisiens noires qui pourront à leur tour changer leur nom et véritablement faire le choix de leur identité ».

Pour Zied Rouin, consultant local de MRG et coordinateur de Mnemty, association qui lutte contre le racisme en Tunisie, « le courage et la persévérance de Hamden et Karim redonneront de l’espoir pour toutes les familles tunisiennes noires dont les noms portent encore de pénibles références à l’esclavagisme et au racisme ».

Commentaires:

Commentez...