Nominations à la Kasbah : « Saied a violé la Constitution », selon Abir Moussi

La dernière vidéo publiée par la présidence de la République où l’on voit Kais Saied « blamer », le chef du gouvernement Hichem Mechichi en raison de ses choix de conseillers continue de faire couler de l’encre.

C’est dans ce contexte que la présidente du parti destourien Libre et députée à l’ARP, Abir Moussi a critiqué la position du chef de l’Etat affirmant même qu’il a violé la Constitution.

Exprimant la position de son parti par rapport à cette polémique, Moussi a expliqué que Kais Saied a dépassé ses prérogatives en s’ingérant dans les nominations de Hichem Mechichi à la Kasbah, rappelant le chef de l’Etat que tous les citoyens bénéficient de leurs droits, tant qu’ils ne sont pas condamnés par la justice.

Moussi a également critiqué les services de communication de Carthage, affirmant qu’ils auraient du passer les propos du chef du gouvernement.

Le président de la République, Kais Saied, avait confirmé lors de sa rencontre avec le chef du gouvernement Hichem Mechichi, qu’un certain nombre de personnes pressenties pour des postes à La Kasba sont sujet de poursuites judiciaires.

En effet, les noms de Taoufik Bakkar et Mongi Safra, des hauts responsables durant l’ère de Ben Ali, ont été évoqués pour les prochaines nominations des conseillers économiques de Mechichi.

Saied a estimé que « même si les départements concernés tardent à se prononcer sur ces affaires, il faut attendre que la justice ait le dernier mot avant de solliciter son aide à ce stade dans la gestion des affaires publiques, même pour des propositions ou des conseil ».

Commentaires:

Commentez...