Pour stopper le flux migratoire, Rome a menacé la Tunisie de suspendre les fonds de coopération

Le ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Luigi Di Maio, a estimé que les dernières visites des responsables italiens en Tunisie commencent à porter leurs fruits. Selon le responsable italien, aucune embarcation d’immigration clandestine n’a quitté les côtes tunisiennes.

Il a toutefois assuré que la situation est loin d’être résolue car « il y a une crise économique qui pousse les gens des côtes tunisiennes vers les côtes italiennes ». « Mais les discussions avec la Tunisie et certaines mesures importantes que nous avons prises nous permettront d’arrêter ces flux migratoires », a ajouté le chef de la diplomatie italienne.

Parmi les mesures précitées, la menace de suspendre les fonds alloués à la coopération.

L’ambassadeur de Tunisie en Italie, Moez Sinaoui, avait annoncé il y a quelques jours une prochaine visite du président de la République, Kais Saied en Italie. Le dossier de l’immigration illégale serait la raison principale de cette visite.

Dans ce contexte, l’ambassadeur tunisien a confirmé que la Tunisie est « très engagée » dans la lutte contre l’immigration illégale, mais que l’Italie devrait aussi jouer son rôle en débloquant les fonds promis et « jamais envoyés ».

« Nous pouvons dire que sur cette question il y aura une continuité des engagements de la part de la Tunisie. […] Nous ne pouvons être otages ni des trafiquants ni des déclarations incendiaires de certains hommes politiques. La migration ne peut être réduite à des slogans électoraux. […]  Il y a une lutte réelle contre l’immigration illégale qui a été menée par le gouvernement précédent et qui sera confirmée et certainement renforcée avec le nouveau gouvernement de Mechichi », a-t-il insisté.

Commentaires: