Les producteurs de lait dispersés par les forces de l’ordre devant le ministère de l’Agriculture

Les producteurs de lait ont tenté, dans la matinée de ce mercredi 19 août 2020, de bloquer l’entrée du ministère de l’agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche à Tunis, et de couper la route, devant ce département, avant d’être dispersés par les forces de l’ordre.

Empêchés de tenir leur sit-in, ils ont alors ouvert les citernes à bord de leurs camions et déversé le lait sur la voie publique, rapporte l’agence TAP.

Les producteurs de lait, qui avaient annoncé, le 6 août dernier leur intention de mener prochainement des mouvements de protestation pour réclamer la révision des prix du lait, tiennent actuellement un sit-in, devant le ministère de l’Agriculture, pour protester contre l’aggravation de la crise qui étouffe leur filière.

Les producteurs de lait sont en colère envers le manque de réactivité du gouvernement à leurs revendications à savoir le versement des arriérés au titre de l’indemnité d’exploitation, de collecte et de stockage et la révision des prix au niveau de la production, de l’industrialisation et de l’indemnité de collecte.

En juin dernier, les représentants de la production et de l’assemblage à l’UTICA, avaient déjà annoncé qu’ils ne seraient plus en mesure de respecter leurs engagements envers les éleveurs et de payer leurs dus pour le lait frais à partir du 1er juillet 2020.

Un déficit qui, selon eux, devait entraîner la suspension totale de l’activité industrielle laitière, tenant la partie gouvernementale responsable de l’effondrement du système et de la situation future de ce secteur.

La crise du lait est cyclique en Tunisie. La dernière en date remonte à octobre 2018, lorsqu’une pénurie de lait avait touché le pays en raison de la surconsommation et la vente conditionnée alors que la Tunisie produit deux millions de litres de lait quotidiennement, avec une consommation nationale oscillant entre 1,7 et 1,8 million de litres.

Mais au cours des dernières années, la Tunisie a enregistré une baisse de 25% du cheptel des vaches laitières ainsi qu’un recul de 20% de la production nationale de lait. La crise avait à l’époque obligé le gouvernement a recourir à l’importation de lait pour combler le déficit enregistré dans la distribution.

Commentaires: