Tunisie : Grogne sociale et mouvements de protestations en hausse

Le nombre de mouvements de protestations continue d’augmenter considérablement d’un mois à l’autre, souligne le dernier rapport de l’observatoire social tunisien relevant du forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES).

Au cours du mois de juin, 934 mouvements protestation ont été recensés, enregistrant une augmentation de 81% par rapport au mois de mai dernier (516). Il s’agit-là d’un nouveau record avec le chiffre le plus élevé depuis trois ans depuis juin 2018 (499 mouvements).

Selon ce rapport, la nature des demandes formulées par les citoyens et les manifestant et l’augmentation des protestations violentes (68,1%), confirment que la situation tend vers plus de tensions.

Au cours de la première quinzaine de juin les mouvements de protestation ont principalement concernés les travailleurs ayant perdu leur salaire et/ou leur emploi, mais les mouvements de protestation ont été aussi observés pour revendiquer le droit de l’accès à l’eau potable et à l’emploi outre les revendications dans les secteurs de santé, de l’éducation et de la sécurité.

Sidi Bouzid a été au premier rang des régions les plus protestataires avec 207 mouvements, suivi de Tataouine en deuxième position avec 154 protestations, de Gafsa avec 150 mouvements et de Kairouan avec 123 protestations.

Dans son rapport, le FTDES met en garde contre une recrudescence encore plus importante des mouvements de protestation au cours des trois prochains mois qui « coïncideront avec la rentrée scolaire, universitaire et politique, et devraient enregistrer de fortes tensions sociales si le gouvernement ne n’engage pas le dialogue avec les manifestants et trouve des solutions pratiques et efficaces aux dossiers sociaux les plus urgents », conclut le rapport.

Il y a quelques semaines, ce même rapport alertait déjà sur la tension qui prévaut au sein de la population et prédisait une prochaine explosion sociale qui caractérisera la période post-coronavirus.

Commentaires: