Tunisie : 1 milliard de dinars de dettes cumulées pour Tunisair

Le ministre du Transports et de la logistique, Anouar Maarouf a apporté des précisions sur le dossier Tunisair.

Dans une déclaration accordée à Mosaique fm, ce vendredi 12 juin 2020, il a rappelé qu’il existe un plan de réforme de la compagnie aérienne nationale indépendamment de la crise du coronavirus qui a accru les difficultés du transporteur national, dont les pertes cumulées s’élèvent à environ un milliard de de dinars.

Les difficultés financières de la compagnie nécessitent une réforme en vue de la maintenir à flot, a-t-il laissé entendre, soulignant que le gouvernement ne compte se débarrasser de Tunisair et compte y accomplir une réforme.

Dans ce contexte, le ministre a déclaré qu’il était inconcevable d’injecter l’argent du peuple tunisien dans les entreprises nationales sans connaître leurs résultats, notant qu’un conseil ministériel a appelé à un plan d’action et de sauvetage de la compagnie et a fixé la la date du 15 juin comme finalisation de ce plan.

Il a également indiqué que si le gouvernement n’était pas intervenu pour obtenir des prêts en faveur de la compagnie, Tunisair aurait fait faillite.

D’ailleurs, son PDG Elyes Mnakbi, n’avait pas hésité à déclarer que la compagnie souffre de difficultés financières qui menacent sa pérennité.

Selon lui, une aide de l’Etat à hauteur de 100 millions de dinars est nécessaire mais la situation des finances publiques ne le permet pas, lui a-t-on fait savoir alors que Tunisair a présenté au ministre des Transports et de la Logistique Anouar Maarouf un plan de sauvetage urgent à ajouter au plan de restructuration signé en mai 2019.

Le 2 juin 2020, Anouar Maarouf avait indiqué que pour sauver Tunisair, il faut injecter 1 milliard de dinars avant de lancer que l’Etat n’injectera ce montant que s’il est sûr du retour sur investissement.

Le plan de restructuration de Tunisair demande la mobilisation de 1,3 milliard de dinars. Ce montant servira en priorité à renouveler la flotte de la compagnie par l’acquisition de nouveaux appareils, et des équipements terrestres qui doivent être renouvelés.

Dans ce brouhaha autour de Tunisair, le bureau exécutif de l’Union générale tunisienne du travail (UGTT) a affiché sa position, appelant le gouvernement à éclaircir sa position à ce sujet.

Commentaires: