Tunisie – Diplomatie : Kais Saied tente de reprendre la main !

Le président de la République, Kais Saied, a été, ces derniers jours, au centre d’une grosse polémique l’impliquant malgré lui après l’intervention diplomatique de Rached Ghannouchi dans le conflit libyen sans prérogative aucune.

On a reproché au président de l’ARP son interventionnisme mais on a surtout reproché au Chef de l’Etat son absence de réaction et de nombreux partis ont appelé ainsi Kais Saied à réagir en tant que premier responsable de la politique étrangère du pays.

Au silence du président, ont succédé plusieurs réactions qui dénotent sa reprise en main de la diplomatie qui a fait couler beaucoup d’encre notamment en ce qui concerne la Libye en tentant de réaffirmer sa position et celle de l’Etat tunisien.

Hier, mardi 26 mai 2020, le président de la République s’est entretenu avec le président du gouvernement d’Union nationale libyen, Fayez al Sarraj, à l’occasion de la fête de l’Aid El Fitr.

Une occasion de s’enquérir de la situation en Libye et des derniers développements dans ce pays, mais également l’intention de « réaffirmer la position de la Tunisie en faveur de la légitimité internationale et d’une solution inter-libyenne, qui traduit la volonté du peuple libyen souverain de décider de son avenir sans interférence aucune », selon un communiqué de la présidence de la République.

Il s’agissait surtout une occasion de réaffirmer la neutralité de la Tunisie qui s’est toujours positionnée à égale distance entre les deux belligérants en Libye, dirigés d’un côté par Fayez al Sarraj et d’un autre par Khalifa Haftar et de gommer les intentions de Rached Ghannouchi.

Pour rappel, Fayez al Sarraj et le président de l’ARP se sont entretenus le 19 mai dernier. Un entretien au cours duquel Rached Ghannouchi a félicité Fayez al Sarraj suite à une victoire militaire sur l’Armée nationale Libyenne, la LNA, du maréchal Khalifa Haftar.

A partir de là plusieurs partis politiques ont condamnés cette prise de position de la part du président de l’ARP pour s’être substitué au Chef de l’Etat et pour avoir exprimé une position allant à l’encontre de la diplomatie tunisienne. Rached Ghannouchi a outrepassé les institutions en les impliquant dans le conflit libyen.

En tant que premier responsable de la politique étrangère du pays, Kais Saied n’a pas manqué, avec un léger décalage, d’envoyer des messages politiques chiffrés à Rached Ghannouchi réaffirmant que l’Etat tunisien est représenté par un seul président aussi bien à l’intérieur du pays qu’à l’étranger. Une manière de remettre le président de l’ARP à sa place !

Message qui a également été envoyé au président turc Recep Tayyip Erdogan, lors de l’échange des vœux de l’Aïd el Fitr. Kais Saied en a profité pour rappeler à son interlocuteur qu’en Libye la solution ne peut se faire que dans le cadre de la légitimité internationale et ne peut être que pacifique et libyo-libyenne.

Commentaires: