Pourquoi Ennahdha s’oppose-t-il à la formation d’un nouveau bloc à l’ARP ?

Le constat est connu pour tout le monde et il est sans appel, une vive tension s’empare actuellement de l’hémicycle.

Outre les tiraillements politiques entre le parti Destourien Libre et Ennahdha, la cause n’est autre que l’éventuelle formation d’un nouveau bloc parlementaire à partir de députés démissionnaires du bloc de Qalb Tounes.

Remous au Bardo, où Ennahdha vise de toutes ses forces à éviter la formation d’un nouveau bloc parlementaire conduit par l’ancien député de Qalb Tounes Hatem Mliki.

Après avoir accéléré l’amendement de l’article 45 du règlement interne de l’ARP qui vise à priver tout député de sa qualité s’il rejoint un autre bloc, Ennahdha émet ce jeudi 14 mai des messages sous forme de mise en garde !

En effet, les coulisses du parlement ont fait savoir que le député Hatem Mliki serait en train de préparer la formation d’un nouveau bloc parlementaire qui réunit les démissionnaire du bloc de Qalb Tounes dans le cadre d’un projet politique conduit par le chef du gouvernement Elyes Fakhfakh.

Mais le concerné lui-même a démenti ces informations affirmant que les dissidents de Qalb Tounes se penchent actuellement sur la formation d’un nouveau bloc parlementaire et n’ont aucun lien avec un éventuel projet signé Fakhfakh.

« Nous n’avons pas encore pensé à la formation d’un parti ; si c’était effectivement le cas, nous ne cacherons rien, et nous l’annoncerons à tout le monde », a-t-il souligné.

Ces déclarations n’ont fait qu’alimenter la polémique mais surtout les craintes du côté de Montplaisir. Ce jeudi, Ennahdha met en garde tout le monde contre la formation d’un tel bloc parlementaire « qui ne fera qu’alimenter davantage la tension politique et la divergence au sein de l’ARP ».

Ennahdha a appelé dans un communiqué signé par Rached Gahnnouchi, le chef du gouvernement à intervenir pour s’opposer à ce genre de plans politiques. Mais que pourra faire Elyes Fakhfakh alors qu’il n’a aucun pouvoir sur le parlement ? Est-il concerné par l’avertissement d’Ennahdha qui veut tout faire pour éviter la formation de ce bloc ?

Au fait, pour Ennahdha tout le mal réside dans l’affaiblissement de son allié stratégique et provisoire Qalb Tounes qui commence à connaitre des divergences en son sein.

Ennahdha ne craint pas la formation d’un bloc parlementaire de plus, autant que de voir son allié sombrer dans les conflits et les divergences, d’autant plus que le parti islamiste n’entretient pas de bonnes relations avec Carthage et la Kasbah comme cela a été le cas aux jours de Feu Beji Caid Essebsi, et de Youssef Chahed.

Commentaires: