Langue tunisienne : Le renouveau passe par Mohamed Driss

La langue tunisienne est désormais partout, sur les scènes, les tribunes, les écrans et les panneaux publicitaires.

Ce retour en grâce n’était pas si évident il y a une quarantaine d’années. En effet, notre langue était confinée dans un statut de dialecte et subissait le mépris des élites.

Lorsque Mohamed Driss et ses compagnons fondèrent le Nouveau Théâtre, la langue tunisienne allait retrouver de l’élan. D’ailleurs, plusieurs créateurs allaient s’en emparer pour lui rendre ses lettres de noblesse.

Tout son parcours à la scène et à l’écran fait de Mohamed Driss l’un des champions de cette mutation dans le langage théâtral. À l’image d’un Ali Douagi ou d’un Mohamed Laribi, il ira à la recherche des ressorts d’une langue tunisienne qui renaissait de ses cendres.

Depuis, il poursuit sa démarche alors que de nombreux poètes et écrivains retrouvent une langue qui leur est plus proche.

Récemment, l’association Derja est venue systématiser ces efforts disparates, leur donner une cohérence et une nouvelle lisibilité.

Cette association qui oeuvre à la défense et la promotion de la langue tunisienne accueille Mohamed Driss, ce samedi 25 janvier à 15h à la station d’art de Bhar Lazreg.

Le débat qui en découlera permettra nécessairement de poser le positionnement actuel de la langue tunisienne et sa trajectoire pour l’avenir. Un débat de société qui a aussi une dimension politique marquée et oppose nationalistes arabes ou islamistes aux tenants d’une nation et une identité tunisiennes.

Commentaires:

Commentez...