Nostalgies tunisoises : Qui se souvient du Panalex ?

Nous savons peu de choses du Panalex et pourtant cette pâtisserie a laissé un souvenir indélébile chez ceux qui l’ont connue.

Tout d’abord, il faut souligner que le Panalex était idéalement situé. Au voisinage immédiat de la cathédrale, l’emplacement de cette pâtisserie est aujourd’hui occupé par un opérateur de téléphonie.

Le Panalex se trouvait en effet juste à côté de la cathédrale, jouxtant le buraliste, en allant vers la rue de Rome.

Au coeur de l’avenue, cette enseigne brassait une clientèle nombreuse et, se trouvant à la croisée des chemins, possédait une position cardinale.

A l’époque, les deux pâtisseries qui comptaient sur la grande avenue de Tunis étaient d’une part le Panalex et d’autre part la Pâtisserie Royale qui se trouvait non loin du Théâtre municipal.

Bien sûr, plusieurs enseignes se disputaient les faveurs du public, notamment la Pâtisserie Viennoise, la Parisienne, Garza, Paparone et consorts.

Le Panalex parvenait à tirer son épingle du jeu pour plusieurs raisons. Ceux qui ont connu les lieux se souviennent probablement que trois salles en enfilade attendaient le client.

La première de ces salles était la pâtisserie proprement dite. Des vitrines accueillaient le client qui pouvait aussi se fournir en dattes et en gâteaux tunisiens que la maison expédiait y compris à l’étranger.

La seconde salle était consacrée à la dégustation des gâteaux. On pouvait y voir des familles entières autour des pâtisseries maison et de tasses de thé fumant.

La troisième salle servait de café, avec un comptoir et quelques tables. Les arômes dominaient les lieux et on pouvait dès le seuil s’imprégner de cette atmosphère à l’ancienne, avec une petite touche viennoise.

Les trois salles communiquaient et la bonne humeur régnait sur les lieux jusqu’à la fermeture relativement récente.

L’enseigne avait été rachetée par les Chérif et cette famille qui avait fait les beaux jours du Panalex depuis le milieu des années soixante, avait fini par baisser le rideau.

Avons-nous oublié le Panalex ou figure-t-il encore au registre de nos souvenirs ? Ce qui est certain, c’est qu’il n’existe pratiquement pas de photos de cette pâtisserie. Et peut-être nos amis internautes sauront-ils dénicher un précieux cliché.

Commentaires: