Demande de visas : Un bras de fer engagé entre la Tunisie...

Demande de visas : Un bras de fer engagé entre la Tunisie et la France ?

Par -
TLS Contact, société chargée de traiter les dossiers des Tunisiens demandeurs de visas pour la France et d’autres pays européens

Le Conseiller Consulaire pour la zone « Tunisie-Libye », Laurent Caizergues a fait savoir, hier samedi 26 octobre, que le taux de refus de visa à des citoyens tunisiens a doublé en 2019 par rapport à 2018. Un fait qu’il a expliqué par la politique extérieure de la Tunisie et de la France. A en croire ses dires, il s’agirait en effet d’un bras de fer engagé entre les deux pays sur fond de la situation des ressortissants tunisiens résidant illégalement dans l’Hexagone.

« Le taux de refus de visa à des citoyens tunisiens a plus que doublé en 2019 par rapport à 2018, passant de 11.5% à plus de 25% », a-t-il fait savoir.

« En effet, l’une traîne dans la remise de laissez-passer consulaires nécessaires à la reconduite de ses ressortissants présents en situation irrégulière sur le territoire Français. Quant à l’autre, elle riposte en appliquant des contrôles renforcés des dossiers avec des délais de traitement allongés, ce qui aboutit à un taux de refus que la Tunisie ne connaissait pas auparavant. Tant que le retour de ses ressortissants clandestins paraîtra aux autorités Tunisiennes une question non prioritaire, le taux de refus de visa continuera d’être à ces niveaux historiques », a-t-il expliqué, dans ce sens.

Laurent Caizergues a estimé que « cette levée de bouclier côté Français est un frein pour les échanges entre nos deux pays ».

« De son côté, l’Etat Tunisien doit respecter ses engagements dans l’intérêt de ses citoyens en facilitant le rapatriement de ses immigrés en situation irrégulière qui ne sont pas des réfugiés, car la situation du pays est heureusement bien loin de celle de la Libye, de la Syrie ou du Yémen », a-t-il encore dit.

La Tunisie occupe le quatrième rang en Afrique en termes de nombre de demandes de « Visa Schengen » rejetées.

Selon les données révélées par la Commission européenne concernant les conditions d’obtention du visa pour 2018, la Tunisie a été classée derrière l’Algérie, le Maroc et le Nigéria, et juste avant l’Egypte.

Au niveau du nombre total de demandes de visa, la Tunisie est le troisième pays africain à présenter des demandes de visas pour la zone Schengen, après l’Algérie et le Maroc.

Selon les chiffres de la Commission européenne, 234 452 Tunisiens ont déposé leur demande de visa en 2018, dont 186 250 étaient acceptées, soit 18% des demandes ayant été rejetées.

L’Union européenne (UE) a annoncé, en juin dernier avoir adopté de nouvelles règles en matière de visas « pour améliorer les conditions pour les voyageurs en règle et lutter contre les migrations clandestines ». Mais cette amélioration des services est synonyme d’augmentation des coûts du traitent du dossier qui atteindront 80 euros.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo