Présidentielle : Ce qu’il faut savoir sur la campagne électorale

Présidentielle : Ce qu’il faut savoir sur la campagne électorale

Par -

La campagne électorale pour les candidats à la présidentielle démarre officiellement ce lundi 2 septembre, et se poursuivra jusqu’au jeudi 12 septembre.

Les 26 candidats sont : Mongi Rahoui, Mohamed Abbou, Abir Moussi, Nabil Karoui, Mohamed Mraihi, Mehdi Jomaa, Hammadi Jebali, Hamma Hammami, Moncef Marzouki, Abdelkarim Zbidi, Mohsen Marzouk, Mohamed Sghayer Nouri, Hechmi Hamdi, Abdelfatah Mourou, Omar Mansour, Youssef Chahed, Kais Said, Ilyes Fakhfakh, Slim Riahi, Salma Elloumi, Said Aidi, Safi Said, Neji Jalloul, Hamed Boulabyar, Abid Briki et Seifeddine Makhlouf.

Débats télévisés

Ces candidats feront face aux questions des journalistes sur leurs promesses et les différentes prérogatives du président de la République, lors des débats débats qui auront lieu les 7, 8 et 9 septembre.

Le tirage au sort des débats a eu lieu hier. Voici l’organisation des 3 groupes :

Débat du 7 septembre : 

  • Omar Mansour
  • Mohamed Abbou
  • Abir Moussi
  • Néji Jalloul
  • Mehdi Jemaa
  • Nabil Karoui
  • Moncef Marzouki
  • Abid Briki
  • Abdelfattah Mourou

Débat du 8 septembre:

  • Mongi Rahoui
  • Elyes Fakhfakh
  • Hechmi Hamdi
  • Abdelkrim Zbidi
  • Mohamed Sghaier Nouri
  • Hamadi Jebali
  • Mohamed Lotfi Mraihi
  • Hatem Boulabiar
  • Mohsen Marzouk

Débat du 9 septembre:

  • Kais Saïd
  • Slim Riahi
  • Safi Saïd
  • Hamma Hammami
  • Seif Eddine Makhlouf
  • Saïd Aïdi
  • Salma Elloumi
  • Youssef Chahed
Financement de la campagne électorale

L’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) a mis en place une commission chargée de surveiller le financement de la campagne électorale et de faire le suivi de toutes les données financières ainsi que les transferts d’argent liés aux candidats au double scrutin présidentiel et législatif.

Cette commission est formée par des représentants de l’ISIE, la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA), l’Instance nationale de lutte contre la corruption (INLUCC), la Cour des comptes, le ministère des Finances, la Banque centrale de Tunisie, la Commission tunisienne des analyses financières, la douane et la Poste.

Ladite commission aura notamment en charge d’inspecter les transferts financiers effectués en Tunisie et ceux en provenance de l’étranger pour les candidats aux élections présidentielle et législatives.

Plafond des dépenses électorales

Le plafond des dépenses électorales pour chaque tour est fixé à dix fois le seuil de la subvention publique.

L’article 2 du décret relatif à l’élection présidentielle stipule que le plafond de l’autofinancement (en espèce et en nature) pour chaque tour correspond au 8/10 du plafond des dépenses électorales.

La subvention publique est versée au candidat à la présidentielle ayant obtenu au moins 3% des suffrages exprimés au niveau national, et ce, après la proclamation des résultats définitifs par l’ISIE.

Le candidat qui transgresse les dispositions de l’article 87 de la loi électorale est privé de la subvention publique estimative au titre du remboursement des dépenses électorales.

L’article en question stipule que « les listes de candidats aux élections législatives, les candidats aux élections présidentielles ou les partis participant aux référendums publient leurs états financiers dans l’un des journaux quotidiens qui paraissent en Tunisie, dans un délai de deux mois à compter de la date de proclamation des résultats définitifs des élections ou du référendum ».

1500 agents pour surveiller les campagnes électorales

Environ 1.500 agents surveilleront la campagne électorale de l’élection présidentielle à partir de demain, lundi 2 septembre.

Aussi, plus de 10.000 autres agents seront chargés de surveiller toutes les activités partisanes le 15 septembre afin d’éviter les conséquences de synchronisation de la campagne législative avec les élections présidentielles.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo