Le social : Ambitions et limites

Le social : Ambitions et limites

Par -
Tribune | Par H. Hkima

Monsieur Nabil Karoui est un milliardaire à l’instar de beaucoup d’autres ! Voilà qu’il vient de se déclarer candidat aux élections présidentielles et mêmes législatives. Est-il un chef de parti politique connu et reconnu ? Est il outillé pour la gouvernance de l’Etat ? A mon humble avis non.

Il s’avère qu’il vient de nous prouver par A+B que tout au long de ces dernières années, en s’appuyant sur son propre média télévisuel à large audience qui pénètre dans nos foyers et nous force la main pour adhérer à son projet socio-politique fût-il sur le dos de son propre fils, Allah yarhmou, mais aussi sur le dos des pauvres citoyens des régions déshéritées qu’il a des ambitions politiques.

Il devient évident que Nessma n’est plus uniquement familiale et sociale. Son action sociale est sous-jacente à une franche ambition politique. Est ce légal ? Est-ce moral ? Franchement ce n’est ni l’un ni l’autre. M. Karoui est-il convaincu qu’il s’inscrit dans une certaine légalité ?En conformité avec la loi électorale ?

Il n’ignore pas que cette loi interdit l’achat des voix par l’argent ou toutes autres formes de pressions. En outre, il est interdit aux médias privés de mener une campagne électorale au profit de leurs investitures, seuls les médias publics sont habilités à jouer un rôle principal dans la campagne électorale en donnant d’égales chances à tous les partis et à tous les candidats.

Alors, M. Karoui ne vous laissez pas griser par certains sondages d’opinions qui posent un bon nombre d’interrogations quant à leurs objectifs cachés et leurs pronostics. La plus noble approche sociale aurait été de sortir Khalil, Allah yarhmou, de Nessma et de lui consacrer une fondation.

Vos moyens aidant, elle aurait joué un éminent rôle social avec tous les moyens de publicités et de promotion tolérées et admises. Elle aurait cristallisé autour de vous tous les citoyens reconnaissants en permettant de vous situer dans une parfaite légalité. Et personne n’aurait eu à en redire !

On se serait passé de cette pauvre femme qui dans son ignorance nous a lancé sur Nessma, je cite « Khalil a diné avec nous ce soir ! ». Que penser d’un tel dérapage ? En utilisant son propre média en tant que grand bienfaiteur M. Karoui est à côté de la plaque et sa dragée sociale est difficile à avaler.

Ses vues sur Carthage qui confirment son ambition profonde ont désarçonné plus d’un parmi ses fans. Sa démarche à l’instar de beaucoup de forces politiques dans ce pays est bien loin de convaincre le citoyen tunisien qui a appris, après une soi disant « révolution » à prendre ses distances de certaines initiatives qu’elles soient caritatives ou autres.

M. Karoui, qu’est-ce qui vous diffère d’Ennahdha qui a joué et continue de jouer la carte de la charité à coloration religieuse pour rafler les suffrages, à la seule différence que cette dernière se prétend parti politique, ce qui est un leurre.

Si en définitive, tant M. Karoui que M. Ghannouchi et ses acolytes de la Choura se prennent pour l’Abbé Pierre qu’ils suivent son haut exemple et abandonnent la politique aux politiciens.

Ainsi comment ont le voit Nessma trouve son compte en publicité, audience et buzz. Dans ce même ordre d’idées, il n’est pas exclut que M. Sami Fehri se porte lui aussi candidat aux présidentielles, car sa chaine El Hiwar fait un autre type de social, basé sur la vie privée des gens et des couples pour alimenter des plateaux d’animations rocambolesques proches de la bêtise et n’amusent que leurs animateurs vedettes.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo