Nostalgies tunisoises : Une bonne pizza chez La Mamma !

CP : Hatem Bourial

Toute une génération a sacrifié aux saveurs uniques de la pizza redécouverte à travers deux enseignes historiques.

C’était au début des années 1970 lorsque les gourmets découvraient d’abord La Capriciosa et ensuite La Mamma.

Situés à la rue de Marseille, ces deux restaurants ont mis la pizza au goût du jour et créé de nouvelles traditions de convivialité.

C’est surtout la Mamma qui a laissé une trace inoubliable dans les mémoires. Créé par Ahmed Aloulou, ce restaurant continue à faire plaisir sous le slogan « Toujours imité, jamais égalé ».

C’est que dans le sillage de la Mamma, des centaines de pizzerias ont vu le jour au tournant des années 1980 mais sans rien apporter de nouveau.

Au centre-ville, La Mamma était au centre des regards et proposait quelque chose de fondamentalement nouveau.

En rouge et blanc, un four au feu de bois au milieu de la salle, un comptoir accueillant dans un coin, La Mamma fait partie de nos vies et je suis certain que les témoignages pourraient être réunis par dizaines pour faire la chronique de cette pizzeria essentielle.

Les tablées de potes ou les dîners amoureux ont sont toujours la règle dans ce lieu qui l’été venu, a pour coutume de déménager à Hammamet.

Pour ma part, je fréquente La Mamma depuis le milieu des années 1970 et j’y ai souvent retrouvé des amis.

Mes dernières rencontres assidues y ont été avec le regretté Ezzeddine Ganoun qui adorait cet endroit.

La Mamma, je l’ai connue lycéen, étudiant, jeune professionnel et à l’âge adulte aussi. C’st dire si ce restaurant fait partie de ma vie et de celle de mes amis.

Que de souvenirs de salades italiennes et d’omelettes norvégiennes! Et la sarabande des pizzas qui vous menait de la frugale Napolitaine à la princière Régina ! Que dire de la Quatre Saisons ou de celle qui portait le nom étrange d’œil de bœuf et qu’on servait avec un œuf au plat.

Inoubliables saveurs et décors rustiques tout en boiseries ! Souvenir aussi du piano mécanique qui trônait à l’étage et qu’on rejoignait par un escalier étriqué et un pont minuscule…

La Mamma, c’est le restaurant de tant de souvenirs et une enclave de bonheur dans une rue de tous les désirs..

Car cette rue de Marseille, c’était aussi le cinéma avec le Cinémonde, le Globe et le Septième Art.

Et si, à l’image de la Source, les troquets ne manquaient pas, les restaurants s’y sont toujours taillé la part du lion.

Souvenez-vous de la Brasserie suisse qui faisait le coin, le Chez Nous qui se trouve à quelques pas puis l’Andalou qui apportait sa touche mauresque.

Bien entendu, La Mamma régnait à sa manière et continue à le faire en se déclinant en plusieurs espaces sous le regard pionnier et vigilant du grand Ahmed Aloulou…

Commentaires: