Le scandale Tourbet El Bey : Un musée fermé, une mémoire occultée

Le scandale Tourbet El Bey : Un musée fermé, une mémoire occultée

Par -

La nécropole husseinite de Tourbet El Bey reste fermée depuis de trop longues années dans une atmosphère d’incurie généralisée.

Prétendument, des travaux s’y dérouleraient mais il n’en est absolument rien. Les lieux de mémoire sont laissés à l’abandon sans autre forme de procès et dans une indifférence suspecte de la part des responsables.

Pourquoi abandonner ce pan de patrimoine? Pourquoi ce musée reste-t-il portes closes, livré aux détériorations et à l’usure implacable du temps?

Pourtant cette vénérable Tourba garde les sépultures de pratiquement tous les souverains de la dynastie husseinite ainsi que celles de nombreux princes et ministres de cette époque.

Edifiée au dix-huitième siècle par Ali Bey, la nécropole est un joyau historique qu’on laisse paradoxalement à l’abandon, alors qu’un projet de rénovation a été initié dans la partie sud de la médina de Tunis.

Quelles sont les raisons qui font que ce monument historique soit délaissé et livré à un sort peu enviable?

On peut se perdre en conjectures et rien ne bougera. Comme si une chape de plomb et de silence pesait sur des lieux dramatiquement bouclés.

Le sort peu enviable de cette partie sud de la médina est parfaitement résumé par le sort des musées qui s’y trouvent.

En effet, aussi bien Dar Ben Abdallah, le musée des arts et traditions populaires, que le musée lapidaire de Sidi Bou Khrissan restent étrangement fermés depuis des années.

Jusqu’à quand? Pourquoi, dans le cas précis de Tourbet El bey, cette occultation et cette insulte permanente de la mémoire husseinite?

Trois siècles d’histoire reposent dans cette nécropole. Nous préférons les oublier au nom d’un contagieux tragique avec notre mémoire et d’un laisser-aller aussi coupable que revanchard.

Commentaires:

Lisez Aussi Sur Webdo