Pourquoi février n’a que 28 jours ?

Pourquoi février n’a que 28 jours ?

Par -
Tribune | Par Mohamed Habib Salamouna, professeur de français

Février est court. Une raison purement arithmétique – le simple fait que 365 n’est pas divisible par 12 – interdisait en effet que tous les mois aient la même durée si l’on voulait accorder à chacun un nombre entier de jours.

La logique aurait suggéré de minimiser les inégalités. Tel aurait été le cas si l’on avait retenu 7 mois de 30 jours et 5 mois de 31 jours. Mais il fallut compter avec des facteurs psychologiques, liés à des problèmes qui se posèrent lors de la dénomination des mois.

Chez les Romains, l’année commençait le 1er mars : 31 jours avaient été d’emblée accordés à son premier mois. Mars est pour eux le dieu de la guerre. Or il avait d’abord incarné les forces de la nature et, à ce titre, il était dans le Latium l’objet d’un culte qui dépassait en importance celui dont Jupiter était l’objet.

Les fêtes consacrées à Mars célébraient l’arrivée du printemps. Le nom d’avril (provenant de aperire = ouvrir ; pour symboliser que les plantes sortent de la terre) fut donné au deuxième mois de l’année consacré à Vénus, sa durée ayant à plusieurs reprises changé, jusqu’à être fixée à 30 jours. Le nom du troisième mois fut inspiré par Maia, déesse des champs, et celui du quatrième par Junon : l’alternance de 31 et 30 jours fut continuée.

Cependant, après que les idées avaient été nombreuses pour associer le sentiment d’un renouveau aux premiers mois de l’année, l’inspiration allait manquer, et la solution fut de se contenter de donner des numéros aux mois suivants.

Pour juillet, on parla d’un Quirilanis (cinquième mois) jusqu’à la décision de lui donner le nom de Jules César, réformateur du calendrier. Et ce ne pouvait être que, vu la dimension du personnage, qu’un mois de 31 jours. Mais alors, lorsque le nom d’Auguste fut donné au sixième mois, on dut lui attribuer également 31 jours.

Ayant estimé que janvier _le mois de Janus, dieu suprême de la vieille Etrurie_ méritait lui-même 31 jours, il ne resta plus aux Romains que 28 jours pour le dernier mois de l’année. Ils s’en accommodèrent parfaitement car, pour eux, février représentait le mois lugubre par excellence, que l’on avait hâte de voir se terminer.

On considérait que celle-ci viendrait plus vite si février était court, même compte tenu de l’insertion d’un jour supplémentaire lors des années bissextiles. Février était en outre le temps des bilans, tandis que l’habitude fut prise de le consacrer à la célébration des morts, à des examens de conscience, à une certaine pénitence. ; le nom même de février venant de februare qui signifiait faire des expiations.

Commentaires: